En parcourant un album écossais, pratique photographique et « antiquarianism » (1850-1860) — Hadrien Viraben

Lors d’une mission aux Pays-Bas, nous avons eu l’occasion de consulter un album de photographies, intitulé sur sa tranche Sketch book, aussi appelé « Forrester-Album », et conservé par la bibliothèque de l’université de Leyde. Cette visite a par ailleurs donné lieu à la numérisation de cet objet, désormais accessible en ligne : http://hdl.handle.net/1887.1/item:2309801.

L’album fut vraisemblablement confectionné à la fin des années 1850 dans l’entourage direct de l’archéologue et photographe James Miln (1819-1881). Il porte en page de garde le nom de son frère, Alexander Hay Miln (1817-1877), son auteur ou son destinataire. Les photographies réunies se concentrent essentiellement sur une courte période, de 1854 à 1857, et sont l’œuvre de plusieurs opérateurs, parmi lesquels James Miln est le mieux représenté.

Il s’agit donc d’un album d’amateur dans le double sens où il est, d’une part, le plus ancien témoignage connu de la pratique de Miln, et où, d’autre part, il constitue une collection d’images photographiques jugées remarquables.

Un portrait inaugural rend hommage au professeur George Wilson (1818-1859), titulaire de la chaire de technologie et membre éminent de la Photographic Society of Scotland, qui, sans pratiquer lui-même la photographie, anima plusieurs conférences consacrées à la chimie photographique. Cet hommage rendu à Wilson inscrit ainsi immédiatement l’album dans le contexte de la photographie écossaise des années 1850, et sous le patronage d’un homme de sciences distingué.

Le baron Forrester (1809-1861) est, après Miln, l’opérateur le plus présent dans l’album. Proche dès les années 1840 du milieu photographique écossais, Forrester se forma au médium à Londres, au contact du docteur Hugh Welch Diamond (1809-1886), pionnier de la photographie psychiatrique. Entre 1854 et 1855, Forrester se rendit célèbre en exécutant une série de vues le long de la rivière Douro au Portugal. Ces images, tout en servant un objectif scientifique, topographique, démontrent également la sensibilité d’un touriste pour la nature et ses paysages. Pour Filipe Figueiredo, l’activité de Forrester participe d’une nouvelle culture visuelle entre art et science, que constituèrent les photographes amateurs des années 1850.

Il semble que Miln se soit dès cette époque lié à Forrester, ayant en main plusieurs de ses négatifs, à partir desquels il tira au moins trois épreuves de l’album.

Plusieurs images de Forrester dans l’album de Leyde montrent en particulier des monuments portugais et anglais, et rappellent ainsi que leur auteur fut membre du Photographic Exchange Club et de la Society of Antiquaries de Londres, deux associations aux intérêts communs. Hugh Diamond, lui-même membre de la Society of Antiquaries de Londres et donateur du British Museum, s’impliqua dans les années 1850 à promouvoir la création d’une société photographique qui réunirait les amateurs d’antiquités, tout en publiant plusieurs articles techniques sur ce sujet. La reproductibilité du calotype offrit en effet très tôt aux antiquaires la possibilité d’échanger des représentations de motifs architecturaux et archéologiques. Le Photographic Exchange Club, auquel allait adhérer Forrester, fut ainsi fondé à la suite de plusieurs tentatives pour organiser, sur le modèle de l’Antiquarian Etching Club, un Antiquarian Photographic Club.

Avec ses nombreux monuments, et par exemple sa vue d’un tombeau au Proche-Orient attribuable à Francis Frith (1822-1898), l’album de Leyde est précisément le reflet de cette circulation des images photographiques, liée au goût des antiquaires et des archéologues.

L’album de Leyde rend aussi compte plus largement du contexte au sein duquel la pratique photographique de James Miln se développa en Écosse durant les années 1850. Il rassemble les noms de plusieurs opérateurs actifs dans la région, membres de la Photographic Society of Scotland, et parfois de la Society of Antiquaries of Scotland, à laquelle Miln adhéra en 1859. Citons ainsi Elmslie William Dallas, John Sturrock Jr, ou encore James Ross et John Thomson.

La photographie arrachée vers la fin de l’album a pu en outre être identifiée grâce à un détail. Il s’agissait d’une épreuve de la célèbre composition d’Oscar Rejlander The Two Ways of Life, qui fut précisément à l’origine d’une controverse à la fin de l’année 1857, lorsqu’elle fut soumise à la deuxième exposition de la Photographic Society of Scotland. Le comité refusa de la présenter en raison de ses figures féminines à moitié nues. Cet événement local de l’histoire de la photographie écossaise a pu très certainement se répercuter dans la décision de supprimer la photographie de Rejlander dans l’album de Leyde.

Tout en s’inscrivant dans ce contexte des premiers temps de la photographie écossaise, James Miln ne fut pas lui-même membre de la Photographic Society of Scotland, tout comme Henry Francis auprès duquel il réalisa plusieurs prises de vue réunies dans l’album.Francis et Miln se photographièrent d’ailleurs mutuellement au cours d’une même séance de pose, comme en attestent deux portraits de l’album (nos 5 et 34). La proximité des deux hommes à Londres, en août 1855, est encore confirmée par la présence d’un moulage en plâtre d’un visage sur deux clichés de Francis et Miln (nos 25 et 67).

Il faut aussi signaler, parmi les modèles de Miln, la figure d’Ebenezer Erskine Scott (1839-1897) (no 53). Né et mort à Édimbourg, ce dernier obtint, le 28 avril 1857, la protection de son procédé destiné à améliorer le stéréoscope.

Les images exécutées par Miln dans les années 1850 manifestent un goût artistique, également marqué au sein de l’album par les nombreuses reproductions d’œuvres contemporaines, ainsi que par l’usage parfois très important de couleurs, destiné à imiter un paysage peint en masquant le modèle photographique sous-jacent. À côté de cette dimension artistique, la curiosité de Miln apparaît aussi de façon notable dans ses portraits de Chinois pris à Londres en 1855, ainsi que dans la photographie finale de l’album, montrant la cathédrale de Rouen. Cette dernière marque en 1856 l’orientation de Miln vers un sujet monumental, comparable aux productions des autres opérateurs collectionnés dans l’album.

Références bibliographiques :

Filipe Figueiredo, « Forrester, an amateur of Photography in Portugal », dans Isabel Cluny, Baron Forrester : sense and sensibility : a story of the Douro 1831–1861, Peso da Régua, Museu do Douro, 2009, p. 120–133.

Tineke de Ruiter, « Oudheidkundigen en fotografen », Omslag, 2020, no 1, p. 14-15.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.