« Le Guide scientifique » (Morlaix, 1884-1886) : La mélancolie d’un amateur de province – Hadrien Viraben

« Le Guide scientifique, dirigé par un Comité de savants et de praticiens, a été fondé pour devenir le conseiller de tous les amateurs de la Science et de la Nature, en même temps que le guide du chercheur et de l’étudiant. Il s’est donné pour mission de divulguer et d’encourager les travaux techniques de toutes natures, de stimuler les tentatives des débutants que l’éloignement des grands centres d’étude laissent [sic] livrés à leurs seules forces, et de devenir ainsi un organe universel de décentralisation et de diffusion scientifiques. »

Dans son premier numéro daté du 15 mars 1884, la revue morlaisienne Le Guide scientifique inscrivit expressément son action auprès des amateurs dans la perspective générale d’une décentralisation des savoirs.

Le chroniqueur scientifique de La Justice, Zaborowski, salua cette initiative : « La culture scientifique est aujourd’hui pour tout le monde un besoin impérieux. […] Les grands établissements scientifiques ne manquent pas en France. La difficulté est de les rendre accessibles à tous, de faire en sorte qu’ils aient des auditeurs en dehors de quelques grands centres privilégiés. […] Décentraliser, dans la plus large acception du mot, décentraliser de toutes les manières et à tous les points de vue, est donc le but immédiat et la condition prochaine de tous les progrès. » Tout en soulignant la variété des sujets traités par la revue, offrant à quiconque les moyens de devenir, avec peu de ressources, « un constructeur physicien, un chimiste, un botaniste, etc. », le journaliste concluait en insistant sur sa finalité pratique et locale : « S’adressant à un public d’amateurs de la province et d’instituteurs, [le Guide scientifique] peut devenir un très utile instrument de diffusion des connaissances relatives à l’agriculture et à l’économie rurale. »

De fait, la direction du contenu du Guide scientifique était aux mains de Philippe Parize, bachelier ès sciences, professeur de mathématiques au collège de Morlaix, mais également directeur de la station agronomique du Finistère. Par sa fonction, il était ainsi lui-même actif au sein du vaste réseau des laboratoires d’agronomie, qui s’était déployé à travers toute la France depuis le Second Empire, afin de procéder à l’analyse des sols et au développement d’engrais. Dans le cas de la station agronomique du Finistère, fondé en 1875, ce laboratoire était partagé avec le collège local.

L’autre animateur de la revue était Alfred-Jules Chevalier (1851-1896), qui en 1880 avait repris l’imprimerie de son beau-frère, sise 11 rue de Brest, où il poursuivit notamment la publication du Bulletin de la Société d’études de Morlaix. Chevalier fut le directeur-gérant du Guide scientifique durant les trois années de son existence, de 1884 à 1886. Son savoir-faire technique conféra en particulier à ce périodique provincial une qualité singulière d’illustration, qui se manifesta dès le premier numéro par une planche représentant le laboratoire d’un amateur.

Alfred-Jules Chevalier, Laboratoire d’un amateur de sciences, photographie publiée dans Le Guide scientifique, vol. 1, no 1, 15/03/1884.

Cette dernière fit d’ailleurs l’objet d’une description minutieuse au détour d’un article consacré à la phototypie :

« Nos lecteurs trouvent dans le présent numéro une planche hors texte représentant groupés, les principaux attributs des sciences, et qui résume symboliquement notre but et nos tendances : à gauche, c’est la chimie, avec l’instrument de ses progrès, la balance ; au milieu, la pile alimentant une lampe à incandescence qui, avec la bobine d’induction et le téléphone constitue, on peut le dire, le chef-d’œuvre de la physique moderne.

Au second plan, le microscope, la loupe, les outils de dissection, et les écorchés du fond sont les représentants des sciences naturelles et biologiques. Enfin, “la mathématique, cette mère des sciences” est rappelée dans ses diverses branches : géométrie, analyse, mécanique céleste… par le cône aux sections coniques, les intégrales qui se dessinent, renversées par la photographie, sur le tableau noir, le sextant et les objets qu’on voit sur la droite du dessin. »

L’image faisait ici directement écho à certains articles du numéro consacrés à la confection d’un laboratoire de chimie ou au matériel de terrain du botaniste. Elle était en effet composée comme une nature morte dressant l’inventaire des sciences accessibles à l’amateur, par le truchement d’instruments. Dans le même temps, la technique utilisée pour transmettre cette image au lectorat, la phototypie, faisait elle aussi l’objet d’un premier texte d’explication et de vulgarisation.

Alfred-Jules Chevalier, Laboratoire d’un amateur de sciences, photographie publiée dans Le Guide scientifique, vol. 1, no 5, 07/1884.

Ce laboratoire de l’amateur de province, qu’aucune mention ne permet d’identifier, servit encore de scène à d’autres prises de vue de Chevalier, pour exposer par exemple, en couverture de la livraison de juillet 1884, plusieurs pièces d’une collection locale de naturalia.

Alfred-Jules Chevalier, Un amateur de sciences dans son laboratoire, photographie publiée dans Le Guide scientifique, vol. 1, no 1, 15/03/1884.

Il fut également le cadre des deux illustrations employées en couverture des deux premiers numéros de la revue, représentant toutes deux un amateur au travail dans une pose tout-à-fait similaire. Pour l’occasion, Chevalier transposait ici en photographie un modèle éminemment célèbre et immédiatement reconnaissable emprunté à la tradition des beaux-arts, celui de la Mélancolie d’Albrecht Dürer.

Albrecht Dürer, Melancolia I, 1514, gravure, 24,1 x 19,1 cm, New York, The Metropolitan Museum of Art.

L’activité d’un amateur de province concordait dès lors visuellement avec la description qu’Adam Bartsch avait pu faire de la figure de Dürer dans son catalogue de l’œuvre gravé du maître : « Son attitude montre qu’elle est occupée à méditer profondément. Le polygone, les balances, l’horloge de sable, la cloche et les divers instrumens [sic] d’art, dont elle est environnée, sont les marques des veilles, du travail et de l’industrie, naturels à ceux qui sont de tempérament mélancolique. »


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
viraben (29 avril 2020). « Le Guide scientifique » (Morlaix, 1884-1886) : La mélancolie d’un amateur de province – Hadrien Viraben. Amateurs en sciences (France, 1850-1950) : une histoire par en bas. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b48k


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/05/2020

    […] Viraben, « « Le Guide scientifique » (Morlaix, 1884-1886) : La mélancolie d’un amateur de province« , carnet de recherche Amateurs en sciences, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search