Louis Cappé (1840-1886), un travailleur de l’ombre de l’archéologie carnacoise – Cyrille Chaigneau, Nathalie Richard, Hadrien Viraben

Si l’historiographie de l’archéologie préhistorique de la région de Carnac a retenu les noms de James Miln ou de Zacharie Le Rouzic, Louis Cappé (1840-1886) en fut aussi une figure importante, assumant les rôles de fouilleur, de dessinateur et de restaurateur. Il fut l’indispensable collaborateur des chantiers de fouille de James Miln puis de Félix Gaillard, après la mort du premier.

Il est ainsi un exemple de ces contremaîtres issus du monde agricole ou ouvrier qui acquièrent une forme de spécialisation dans les chantiers archéologiques du xixe siècle, et sur lesquels peu d’historiens se sont encore penchés (Stephen Quirke, qui a étudié les ouvriers des chantiers des fouilles de Flinders Petrie en Égypte entre 1880 et 1924, constitue une exception).

Issu d’une famille installée en pays d’Auray depuis le xviiie siècle, fils d’un menuisier et bedeau de la paroisse, Louis Cappé est l’aîné d’une fratrie de onze enfants. Il reçoit une très modeste instruction primaire, avant d’être appelé assez vite à gagner sa vie comme ouvrier. Au moment où James Miln développe son activité archéologique à Carnac à partir de 1872, celui-ci choisit Cappé comme contremaître en raison de sa connaissance du territoire et de ses relations locales.

Cappé acquiert alors rapidement une expérience de fouilleur, et se voit chargé, lors des absences de Miln, de la fouille de plusieurs monuments, tel le Mané Runmeur (Plouharnel) en avril 1876. En parallèle, il exerce une surveillance archéologique du territoire, rapportant dans la presse locale, en janvier 1877, la découverte de vestiges dégagés par une tempête hivernale sur la plage sud de Carnac. Le travail de Cappé est reconnu par Miln qui en signale l’importance dans ses publications, qu’il s’agisse de la description des objets trouvés lors des fouilles ou du remontage et du moulage de céramiques, Cappé étant l’auteur des restaurations de plusieurs pièces aujourd’hui conservées au musée de préhistoire de Carnac. Miln publie également plusieurs dessins signés par Cappé, dont il reprend les comptes rendus écrits et oraux de fouilles.

À la mort de Miln en 1881, Cappé, soutenu par la Société polymathique du Morbihan, semble particulièrement qualifié pour assurer la garde du musée que son ancien commanditaire lègue à la commune de Carnac. L’opposition de la municipalité, sans doute pour des raisons politiques et religieuses, et peut-être aussi par méfiance sociale et culturelle vis-à-vis d’une société savante dont les membres appartiennent en majorité à la bourgeoisie de Vannes, profite à Zacharie Le Rouzic, ancien commis de l’équipe de Miln, auquel échoie finalement en 1882 le poste de gardien du nouveau musée.

Louis Cappé poursuit cependant ses activités archéologiques. Il est par deux fois récompensé : à l’occasion du Congrès archéologique de France de 1881 qui se tient à Vannes, et lors de l’Exposition artistique et industrielle de Vannes en 1883, où il présente deux maquettes de sites dans la section archéologique.

À partir de 1882, Louis Cappé s’associe à un nouvel archéologue Félix Gaillard, chargé, par la Commission des monuments mégalithiques, d’acquérir pour le compte de l’État les principaux monuments de la région et d’en assurer la restauration. Dès 1882, il mène une première campagne de restauration qui touche l’enceinte quadrilatère de Crucuno (Plouharnel), les menhirs géants de Kerzerho (Erdeven) et les alignements du Menec (Carnac). En 1883, il s’occupe du déblaiement du dolmen de Crucuno, et du redressement du dolmen Kergavat et de plusieurs menhirs de l’enceinte de Crucuno, au Menec et à Kerzerho. Après 1883 et l’évincement de Gaillard, Cappé poursuit ses travaux aux côtés de Daniel Beaupré, agent-voyer du département désormais en charge des restaurations. En tout, c’est plus de 1400 menhirs que Louis Cappé restaura à Kerzerho, à Crucuno, au Menec et à Kermario. On lui doit également la restauration d’un minimum de 12 dolmens comptant parmi les plus importants de la région.

Parallèlement, en 1886, il prend part aux fouilles du tumulus du Moustoir (Carnac), qu’il a déjà visité en 1877 et dont l’exploration complète, envisagée en son temps par Miln, est dirigée par Gaillard, Cappé et l’abbé Luco.



Citer ce billet
viraben (2020, 16 avril). Louis Cappé (1840-1886), un travailleur de l’ombre de l’archéologie carnacoise – Cyrille Chaigneau, Nathalie Richard, Hadrien Viraben. Amateurs en sciences (France, 1850-1950) : une histoire par en bas. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b48g

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search