L’hôtel des ventes, un lieu de sociabilité pour les amateurs – Léa Saint-Raymond

Auteure d’une thèse soutenue le 26 octobre 2018 sous le titre Le pari des enchères : le lancement de nouveaux marchés artistiques à Paris entre les années 1830 et 1939, Léa Saint-Raymond a récemment publié un article intitulé « Entre spécimen et “belle série” : la paradoxale mise en art des objets préhistoriques en vente publique (1882-1941) » (Revue de l’art, no 206, 2019, p. 11-18). Ce dernier s’appuie sur la constitution d’une série de données sur les ventes d’objets préhistoriques et accessibles en ligne : Léa Saint-Raymond, « Les ventes aux enchères publiques françaises de pièces préhistoriques (1882-1941) : lots, prix et acteurs », Harvard Dataverse, 2019, https://dataverse.harvard.edu/dataset.xhtml?persistentId=doi:10.7910/DVN/TR8OWB.

Il y a un siècle, la collection de Louis Rambaud (1856-1918) fut dispersée aux enchères à Paris, dans le célèbre hôtel Drouot. Né en 1856 à Sainte-Marthe, petit village du Lot-et-Garonne, il avait achevé des études médicales à Paris avant de préparer une thèse de doctorat sur la vallée du Lot, interrompue par la Grande Guerre. Les conditions de son décès font tristement écho à la situation que nous traversons actuellement, puisque Louis Rambaud succomba, en 1918, aux soins qu’il prodigua aux malades de la grippe espagnole. Au-delà de ces funestes éléments biographiques, ce médecin mérite que l’on se souvienne de lui en tant qu’« amateur » : guidé par une grande curiosité et par « son amour des arts et des sciences », il appartenait à différentes sociétés artistiques et savantes, telles que la Société géologique de France, la Société historique et archéologique « La Cité » ou encore la Société mycologique de France.

Vente 24 et 25 juin 1919. Catalogue des collections minéralogique, géologique et préhistorique réunies par le Docteur Louis Rambaud, Paris, Hôtel Drouot, commissaire-priseur : Léon de Cagny, expert : Alexandre Stuer, Paris, imp. Dubois et Bauer, 1919, première de couverture et préface.

Nous devons toutes ces informations au catalogue de sa vente après décès, des 24 et 25 juin 1919. Quel meilleur mémorial pour conserver le souvenir d’une collection, bientôt dispersée, et pour légitimer celui qui l’a patiemment constituée ? Le Catalogue des collections minéralogique, géologique et préhistorique réunies par le Docteur Louis Rambaud comportait une préface biographique élogieuse, ornée d’une photographie de l’amateur, avant de détailler les différents lots de la vente. Certains étaient reproduits, comme ce « cadre comprenant 58 pointes de flèches. 27 tranchants transversaux et 1 belle pointe retaillée de Pressigny, etc : provenant de la collection Bourdot ». L’amateur en herbe se voyait alors légitimé par les institutions marchandes : suffisamment important pour qu’une vente lui fût intégralement consacrée, Louis Rambaud entrait ainsi dans la lignée d’autres amateurs reconnus comme le préhistorien Jules Bourdot, tant par le pedigree des artefacts que par le soin apporté à l’étude de la collection – datation et étiquetage des pièces, classification précise, disposition des silex en parterre.

« Cadre comprenant 58 pointes de flèches. 27 tranchants transversaux et 1 belle pointe retaillée de Pressigny, etc : provenant de la collection Bourdot », photographie reproduite dans Vente 24 et 25 juin 1919. Catalogue des collections minéralogique, géologique et préhistorique réunies par le Docteur Louis Rambaud, Paris, Hôtel Drouot, commissaire-priseur : Léon de Cagny, expert : Alexandre Stuer, Paris, imp. Dubois et Bauer, 1919.

Cette reconnaissance post mortem avait d’autant plus de poids que l’hôtel des ventes constituait un lieu de sociabilité pour les amateurs, à la fois vitrine et plateforme conviviale d’échanges, lors des expositions et des vacations. Le procès-verbal de la vente de Louis Rambaud, conservé aux archives de Paris, témoigne de la perméabilité entre la sphère marchande et la sphère des amateurs. L’expert Alexandre Stuer, propriétaire du « Comptoir géologique, minéralogique et spécial de la Préhistorique » situé à Paris, rue de Castellane, était un membre de la Société préhistorique française (SPF), tout comme la plupart du petit groupe d’adjudicataires qui se disputèrent les lots – le pharmacien Hupier ou encore Paul de Givenchy et André Vayson de Pradenne, respectivement secrétaire et président de la SPF.

 Encart publicitaire, Catalogue des collections préhistoriques réunies par Jules Bourdot, Ingénieur civil E.C.P., membre de la Société préhistorique de France et de la Société française d’Anthropologie, Paris, s.n., 1909, p. 2.

La vente Rambaud ne fut pas un cas isolé et l’hôtel Drouot abrita de nombreuses autres vacations similaires, présentant les collections d’amateurs. Pour plus d’informations concernant les ventes aux enchères publiques de pièces préhistoriques, nous vous invitons à consulter notre article et les données afférentes, disponibles en ligne.



Citer ce billet
viraben (2020, 3 juin). L’hôtel des ventes, un lieu de sociabilité pour les amateurs – Léa Saint-Raymond. Amateurs en sciences (France, 1850-1950) : une histoire par en bas. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b48s

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search