La « République solaire », sociale et libertaire, de Frédéric Stackelberg – Florian Mathieu

Né en 1852 en Estonie, Frédéric Stackelberg (1852-1934) est issu d’une famille aristocratique des pays baltes. Il part en Allemagne à la fin de son adolescence pour entamer des études de mathématiques, qu’il n’achèvera probablement pas. Il est ensuite forcé de s’exiler en France en 1871 pour avoir condamné les annexions ayant suivi la victoire de la Prusse. Vivant principalement entre Nice et Paris, il voyage souvent, aussi bien en France qu’à l’étranger. Épris d’idéaux d’égalité et de justice sociale, il fréquente d’abord les milieux socialistes et blanquistes, avant de se rapprocher plutôt de l’anarchisme à la fin des années 1880[1].

Lors de la vague répressive qui frappe le mouvement anarchiste après l’attentat d’Auguste Vaillant (1861-1894) au Palais Bourbon, le 9 décembre 1893, son appartement parisien est perquisitionné. Interrogée par la presse, sa femme prend alors sa défense en ces termes :

« la seule chose dont il se soit occupé avec passion, c’est l’astronomie, et l’on a même saisi hier dans son cabinet de travail, entre autres papiers que le commissaire a trouvés inquiétants, une vaste feuille couverte de chiffres soigneusement alignés en regard d’un certain nombre de noms. Or ces noms sont des noms de planètes ou d’étoiles et ces chiffres sont des calculs astronomiques. »

L’anecdote prête à sourire et heureusement cette passion, par ailleurs partagée par l’auteur de l’attentat, ne semble pas avoir constitué un motif suffisant d’inculpation. Ne pouvant visiblement pas établir davantage de liens entre Vaillant et Stackelberg, la police laisse ce dernier libre, mais un arrêté d’expulsion le force à quitter le territoire ; il est néanmoins autorisé à revenir en France un an plus tard. Si elle ne fait bien sûr pas de lui un poseur de bombe, ni même un partisan de la propagande par le fait, l’astronomie joue pourtant un rôle certain tant dans les réflexions que dans les activités politiques de Stackelberg.

En 1898, il adhère à la Société astronomique de France, qu’il quittera en 1909 à la suite de l’affaire Ferrer. Si ses contributions dans le bulletin de la SAF sont relativement peu nombreuses, il écrit en revanche durant toute cette période plusieurs articles de vulgarisation dans des publications anarchistes. Il donne aussi des conférences autour de thématiques astronomiques au sein des universités populaires, qui fleurissent au même moment un peu partout dans le pays[2]. Son œuvre principale dans ce domaine demeure néanmoins un ouvrage publié en 1905 : l’A.B.C de l’Astronomie. D’abord paru entre 1904 et 1905 sous la forme d’une série d’articles dans l’hebdomadaire libertaire Les Temps nouveaux, ce livre de 270 pages s’attache à présenter de manière claire et synthétique l’ensemble des connaissances astronomiques et cosmologiques de son époque. De nombreux schémas, tableaux et illustrations complètent le texte tout en contribuant à rendre l’ouvrage accessible pour un public non initié.

Pour réaliser cette œuvre, Stackelberg semble s’être principalement appuyé sur la littérature de vulgarisation déjà existante : il cite ainsi plusieurs fois le nom de Camille Flammarion (1842-1925), mais aussi certaines revues comme le Moniteur scientifique[3]. À l’instar des autres adhérents de la SAF, il reçoit gratuitement le bulletin de la société, qui lui permet de se tenir au courant des dernières découvertes et réflexions concernant les choses du ciel. Il ne se contente pas néanmoins de réaliser un travail de synthèse, et certaines démonstrations témoignent de sa maîtrise des mathématiques. Surtout, l’auteur apporte une note toute personnelle à ce travail à travers l’exposition régulière de ses idées politiques.

Selon Stackelberg, l’apprentissage de l’astronomie doit en effet permettre à l’homme de prendre conscience de sa place réelle dans l’univers, d’acquérir une vision rationnelle du monde et de s’émanciper ainsi du joug religieux. Si ce rôle attribué à la science, s’inscrivant dans la tradition matérialiste athée, est peu surprenant chez un anarchiste, l’auteur ne s’en tient pas là. Dans une certaine continuité avec le positivisme, mais aussi d’autres théories, telles celles défendues par des socialistes utopiques, Stackelberg oppose à l’ordre religieux l’idée d’un ordre naturel, dont l’étude des phénomènes permet non seulement la compréhension de son organisation, mais ouvrirait aussi la voie à une transformation politique et sociale guidée par des lois tout aussi harmonieuses que celles observées dans la nature.

Afin d’illustrer cette idée, Stackelberg utilise de nombreuses fois l’expression « République solaire[4] »pour parler du système solaire, en associant ainsi l’équilibre des lois physiques à un idéal politique. Cette expression, également utilisée à quelques reprises par Flammarion dans son Astronomie populaire sans y être développée, prend sous la plume de Stackelberg un sens plus littéral que métaphorique. Si Stackelberg rejoint le célèbre vulgarisateur sur la question de la pluralité des mondes habités, leur existence certaine a selon lui vocation à faire de l’homme, désormais débarrassé de Dieu, un simple « citoyen du Ciel[5] » parmi d’autres, qui ne saurait se placer ailleurs que sur un pied d’égalité avec les autres formes de vies intelligentes existantes dans l’univers, malgré leurs probables différences.

Sur le plan scientifique, il défend cette idée en s’appuyant sur les découvertes réalisées grâce à la spectroscopie dans la deuxième moitié du XIXe siècle. L’identification d’une composition chimique des astres similaire aux éléments connus sur Terre a en effet pour conséquence qu’« il est désormais hors de doute que chaque étoile est un laboratoire, où se préparent les éléments de la vie organique et que chaque planète, à moins d’accidents, est, a été, ou peut devenir un foyer de vie variée et multiple.[6] ». Dans son développement, Stackelberg affirme même que la possibilité de la vie ne se limite pas aux planètes principales, mais peut également apparaître sur les satellites ou encore sur ce qui est connu à l’époque sous le nom de « petites planètes », c’est-à-dire les gros astéroïdes ou ce qu’on appelle aujourd’hui les planètes naines : « rien ne s’oppose à admettre que ces terres lilliputiennes ne soient ou aient été le siège d’une vie intense et d’une civilisation qui, comparée à la nôtre l’éclipserait dans son rayonnement.[7]  ».Dans un manifeste politique publié quelques années avant cet ouvrage, L’inévitable Révolution, Stackelberg est encore plus explicite quant aux conséquences de la continuité chimique de la matière partout dans l’univers, associée aux lois de la physique :

« L’Univers, vide de Dieu et peuplé de myriades de soleils nous apparaît comme le grand laboratoire céleste dont la matière première, partout identique à elle-même, produit, éternellement en gestation, une diversité illimitée d’éclosions passagères de la vie infinie.

Dans cette République véritablement universelle, car mondiale, et effectivement sans Dieu ni maîtres, car elle est sa cause finale à elle-même, rien ne commande ni n’obéit, rien ne se crée ni ne se perd, l’égalité est à l’origine de toutes les manifestations inorganiques et organiques et l’évolution s’effectue sans distinction ni classification arbitraires dans l’éternité du temps et de l’espace. »

Ce qui relie la passion de Stackelberg pour les astres à ses idéaux politiques apparaît donc très clairement : l’univers tout entier étant selon lui par essence libertaire et égalitaire, quel meilleur moyen que l’astronomie, science permettant de l’étudier jusque dans ses confins, pour faire advenir sur terre une société s’organisant de manière similaire ?

S’il est difficile d’estimer réellement l’influence des réflexions politico-cosmiques de Stackelberg auprès des milieux révolutionnaires et du monde ouvrier, ces dernières ont toutefois assurément trouvé un public. Nous avons déjà évoqué ses conférences dans le cadre des universités populaires et le fait que l’A.B.C de l’astronomie a paru d’abord sous forme de feuilleton dans un hebdomadaire anarchiste, tiré aux alentours de 7000 exemplaires. Le livre a, semble-t-il, lui aussi connu une diffusion honorable. Dès sa sortie, son ami Charles Malato (1857-1938), écrivain et journaliste libertaire, en fait une mention élogieuse dans le quotidien socialiste L’Action. Il figure ensuite durant plusieurs mois au catalogue du journal, et durant plusieurs années dans celui des Temps nouveaux. Cependant, même vendu 2 francs, un prix relativement accessible, le nombre de ventes demeure très certainement incomparable à celui des traités de Flammarion ou d’autres vulgarisateurs plus connus.

S’il ne publie plus par la suite d’autre ouvrage complet d’astronomie, Stackelberg semble être resté attaché à la transmission de ce savoir jusqu’à la fin de sa vie. Après la Première Guerre mondiale, nous n’avons certes plus trouvé de traces de ses éventuelles causeries ou conférences dans les journaux, mais il contribue peu avant son décès en 1934 à un autre projet important d’éducation populaire : l’Encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure (1858-1952), dans laquelle il signe une quinzaine d’articles, traitant pour la plupart d’astronomie. De même, toujours au début des années 1930, le témoignage d’un ouvrier communiste niçois indique que Stackelberg, alors âgé d’environ quatre-vingts ans, ne se contentait pas d’écrire, mais proposait aussi des séances d’observation du ciel étoilé à l’œil nu. Cet ouvrier surnommé Jè, de son vrai nom Joseph Gallo, n’est autre que le père de l’écrivain Max Gallo. Ce dernier rapporte de manière romancée les paroles de son père dans l’ouvrage biographique qu’il lui consacre : « Et rien ni personne n’aurait pu m’empêcher de passer des heures à écouter Stackelberg m’expliquer, la canne pointée vers le ciel, au milieu de la nuit, sur la promenade des Anglais, pourquoi à la mi-août dégringolaient les étoiles[8] ». Jè, ouvrier niçois adhérent du parti communiste, a donc été initié à l’astronomie grâce à son camarade Stackelberg, un aristocrate libertaire. Ce ne fut assurément pas le seul.

Dans la perspective d’une histoire de l’astronomie populaire, et plus généralement d’une histoire des sciences « par en bas », on voit ainsi se nouer autour d’une personnalité comme Frédéric Stackelberg de nombreuses problématiques. Sans être un scientifique de profession, Stackelberg dispose d’une formation supérieure en sciences. En relation avec le monde des astronomes amateurs, il sera un temps adhérent de la Société astronomique de France, ce qui permet de le situer au sein d’un réseau d’acteurs occupant des positions comparables. Il demeure en ce sens « en bas » du monde scientifique, ou du moins en marge de ses institutions officielles, représentées à cette époque dans le domaine de l’astronomie par les observatoires d’état. Sur le plan social, en revanche, il est issu par ses origines aristocratiques du monde d’en haut, ce qui n’empêchera nullement que l’émancipation du prolétariat devienne le combat de sa vie. Ses convictions politiques se mêlant intimement à ses réflexions scientifiques, il s’attache ainsi à mettre ces dernières au service de la lutte de celles et ceux qui sont eux, situés tout en bas de l’échelle sociale.


[1] Concernant son parcours politique, de nombreuses informations sont données dans la notice que lui consacre le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier : notice « STACKELBERG Frédéric [Dictionnaire des anarchistes] » par Jean Maitron, complétée par Marianne Enckell, version mise en ligne le 9 mars 2014, dernière modification le 10 novembre 2019. Pour des éléments biographiques généraux ainsi que sur ses activités sur la Côte d’azur, lire aussi Jean-Rémy Bézias, « Frédéric Stackelberg (1852-1934) ou la révolution importée », Cahiers de la Méditerranée, 1997, no 55, 1997, p. 31-41. Nous tenons également à remercier la famille de Gueyer pour les informations et les quelques archives mises à disposition concernant leur aïeul.

[2] Citons par exemple sa participation à l’université populaire de l’Union Populaire du XVIe arrondissement ou encore aux Soirées ouvrières de Montreuil.

[3] Frédéric Stackelberg, A.B.C. de l’astronomie, Paris, Librairie des publications populaires, 1905, p. 207.

[4] Stackelberg, A.B.C. de l’astronomie, op. cit., p. 57, 80, 87, 101, 124, 159 et 239.

[5] Stackelberg, A.B.C. de l’astronomie, op. cit., p. 162 et 240.

[6] Ibid., p. 42.

[7] Ibid., p. 84.

[8] Max Gallo, Jè, histoire modeste et héroïque d’un homme qui croyait aux lendemains qui chantent, Paris, Stock, 1994.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.