Amateurs de magie et spectacles de science – Hadrien Viraben

« Scènes de prestidigitation en tous genres : escamotage, tours de passe-passe, curiosités de la physique, de l’optique etc. », lithographie publiée dans La nouvelle magie blanche dévoilée, Paris, s.n., 1857.

Parmi les amateurismes des XIXe et XXe siècles, la prestidigitation connut une vogue particulièrement fructueuse. De nombreux manuels et périodiques se spécialisèrent en effet dans l’instruction et la diffusion de tours de magie ; et parmi ces derniers, plusieurs relèvent de la « physique amusante » ou de la « chimie récréative ».

À titre d’exemple, La nouvelle magie blanche dévoilée, grande initiation à la vraie pratique des célèbres physiciens-prestidigitateurs, publié pour la première fois par « un amateur » anonyme en 1850, a connu selon le catalogue général de la Bibliothèque nationale de France trois rééditions, en 1857, 1858 et 1860. L’appellation « physicien », employé par les illusionnistes dès le XVIIIe siècle, se répercute au moins jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Lancé en novembre 1939, le Poilu Physico, « journal de guerre réservé aux prestidigitateurs amateurs et professionnels », entend encore fédérer une communauté dispersée entre l’arrière et le front : « Nous désirons entretenir la bonne camaraderie, faire régner la paix en temps de guerre, et souhaitons disparaître le plus tôt possible, la Victoire Finale marquant le terme de notre étape. »

La catégorisation d’une telle littérature s’avère d’autant plus difficile que certains manuels, apparemment affiliés à d’autres domaines, en reprennent le contenu. Le grand manuel de projection : guide de l’amateur du prestidigitateur Alber et d’A. Hégé (1897) tire parti du goût du grand public pour les technologies modernes de projections lumineuses et de photographie. En 1924, le manuel Pour faire du théâtre chez soi d’Henry de Graffigny, qui s’inscrit plutôt dans la longue tradition du théâtre domestique, s’enrichit d’une section spéciale sur les « théâtres de prestidigitation et magie noire », elle-même distincte de celle consacrée au « théâtre scientifique moderne ».

De fait, le contenu des manuels de prestidigitation constitue un creuset attractif de compétences recherchées par les amateurs, ce que ne manquent pas de signaler les préfaces de ces ouvrages. Apprendre en s’amusant n’est que l’un des nombreux gains annoncés, et semble d’ailleurs mentionné en passant, comme si les auteurs doutaient du poids de cet argument de vente.

L’art du spectacle et du boniment est un enjeu bien plus important pour le prestidigitateur amateur. Savoir interpréter un rôle et savoir « détourner l’attention trop marquée des spectateurs » sont en effet des qualités cruciales du magicien en herbe, qui se rapproche de nouveau ici de celle du comédien de salon, voire de l’amateur de rhétorique et d’éloquence.

L’acquisition d’une dextérité manuelle, « l’adresse des mains, l’agilité des doigts, la prestesse des mouvements », est une autre qualité de l’illusionniste mise en exergue. Cette compétence est notamment évoquée par Magus, pseudonyme emprunté par monseigneur Marie-Paul-Pierre Baret pour signer Le Magicien amateur : tours de physique amusante faciles pour tous. Ce dernier promet même à son lecteur de retrouver à travers son ouvrage le plaisir des travaux manuels, le goût de la fabrication autonome : « Les objets nécessaires pour l’exécution des prestiges que nous allons décrire, se trouvent le plus souvent partout ; ce sera d’ailleurs vrai plaisir que de les préparer, de les truquer soi-même quand il faudra. Très rarement il y aura lieu d’avoir recours au ferblantier, au serrurier ou au menuisier voisin, pour la confection de quelques instruments ou accessoires. »

Connaître les secrets de la nature, savoir jouer la comédie et être habile de ses mains sont autant de trucs que la magie professionnelle se propose d’enseigner à l’amateur.

Sofie Lachapelle a consacré de nombreux travaux aux relations entre science, magie et divertissements aux XIXe et XXe siècles. Dans son ouvrage Conjuring Science : A History of Scientific Entertainment and Stage in Modern France (2015), elle retrace l’histoire de ce curieux mélange, initié dès le XVIIIe siècle par l’abandon du modèle itinérant des attractions foraines au profit des théâtres de magie urbains. L’intégration dans les nouveaux spectacles de magie d’une terminologie et d’une imagerie scientifique se déploie par la suite tout au long du XIXe siècle, sous la forme de grandes illusions supportées par une machinerie complexe et élaborée par le magicien lui-même, mais également sous la forme de conférences scientifiques animées par la magie des projections lumineuses.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la science, la mécanique, l’électricité et l’optique font ainsi partie intégrante de l’illusionnisme. Les manuels et les outils du magicien amateur, qui progressivement se destinent plus spécifiquement aux enfants, en offrent une approche tactile et active, avant que le début du XXe siècle n’en vienne à distinguer le merveilleux magique et le merveilleux scientifique, les équipements de magie et les kits de petit chimiste.

Jean-Eugène Robert-Houdin (1805-1871) est sans doute l’un des plus fameux représentants de cet illusionnisme moderne. Il peut également faire figure d’amateur de sciences, tant pour ses inventions mécaniques et ses dépôts de brevet, que pour la mise en scène scientifique de certains de ses numéros. Tout en profitant de la vogue pour les expériences de physique amusante, Robert-Houdin utilise en effet la science pour brouiller les pistes d’explication de ses illusions.

En 1847, il met ainsi au point son célèbre numéro de « suspension éthéréenne », dont il fera le récit en deux endroits dans ses mémoires :

« Dans l’année 1847, on se le rappelle, il n’était question que de l’éther et de ses merveilleuses applications. J’eus alors l’idée d’user à mon profit l’engouement du public pour en faire un à-propos qui eut un succès prodigieux.

– Messieurs, disais-je avec le sérieux du professeur de la Sorbonne, je viens de découvrir dans l’éther une nouvelle propriété merveilleuse.

Lorsque cette liqueur est à son plus haut degré de concentration, si on la fait respirer à un être vivant, le corps du patient devient en peu d’instants aussi léger qu’un ballon.

Cette exposition terminée, je procédais à l’expérience. »

Dans sa seconde description de l’expérience, Robert-Houdin joue encore une fois de la concurrence avec ses « collègues » scientifiques, et médecins en particulier :

« La chirurgie m’en avait donné la première idée.

On se rappelle que vers 1847 on commença, en France, à appliquer aux opérations chirurgicales l’insensibilité produite par l’aspiration de l’éther ; on ne parlait dans le monde que des merveilleux effets de cette anesthésie et de ses heureuses applications ; c’était aux yeux de bien des gens une opération presque de la magie.

Voyant que les chirurgiens se permettaient une sortie sur mon domaine, je me demandai si par ce fait ils ne me donnaient pas le droit d’user de représailles. Je le fis en inventant aussi mon opération éthéréenne, qui était, je crois, bien autrement surprenante que celle de mes confrères en chirurgie. »

Comme l’a souligné Lachapelle, le succès de la « suspension éthéréenne » met en exergue une consommation populaire du merveilleux scientifique, habilement redirigé vers un domaine moins disert en explications pédagogiques, et prompt au contraire à brouiller les cartes. Non contente de fournir à la magie certains secrets de la nature pour réaliser ses tours, la science alimente également ici le boniment de l’illusionniste, lui permettant de détourner l’attention des vraies causes sous-jacentes. Après tout, l’une des premières règles enseignées au magicien amateur est en effet de tromper son public sur les moyens employés : « Quand vous employiez un moyen quelconque, trouvez une ruse pour dérouter la sagacité des malins. S’agit-il, par exemple, d’un tour de combinaison, faites, s’il y a lieu, comme s’il dépendait de la dextérité des doigts ; et si, au contraire, c’est un tour d’adresse, tâchez alors de paraître maladroit. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search