La question des « amateurs » en 1895 : des arts aux lettres, des lettres aux sciences – Hadrien Viraben

Anne de Rochechouart-Mortemart, Monument à Émile Augier, 1897, Valence, place de la République (fondu en 1942)

Le 17 avril 1895, le jury de la Société des artistes français se réunit une seconde fois pour procéder à l’éventuel repêchage des œuvres écartées du Salon. La décision d’exclure le monument à Émile Augier, présenté par la duchesse d’Uzès, est alors définitivement prononcée. Dès le lendemain, le journal très républicain Le Rappel annonce triomphalement cette sanction à l’encontre de celle qui avait financé par ses millions le général Boulanger. L’affaire s’enrichit pourtant rapidement d’une autre lecture : le fait qu’une commande publique soit allée à une artiste amateur, bénéficiant peut-être par sa notoriété de sympathies locales, et certainement par son argent de l’assistance de plusieurs praticiens anonymes, apparaît aux yeux de certains professionnels comme une concurrence déloyale[1]. L’invasion des dilettantes au sein des manifestations artistiques attise la polémique, d’autant qu’en mai la rumeur se répand que le jury du Salon a également décidé de refuser ses récompenses aux amateurs « connus et classés comme tels[2] ». Entre-temps, la duchesse d’Uzès a répliqué en jouant de ses relations pour obtenir du préfet de la Seine l’autorisation de placer son monument gigantesque devant l’entrée du Salon.

À peine trois mois plus tard, le 2 juillet 1895, le journaliste et critique d’art Arsène Alexandre s’en prend à son tour aux « amateurs », à la une du Figaro. Cette fois, c’est un écrivain qui est visé, le non moins célèbre comte Robert de Montesquiou, dont le dernier recueil de poésies Le Parcours du rêve au souvenir paraît au même moment. Tout en rappelant les controverses contemporaines qui animent les arts, les débats s’installent à présent dans le monde des lettres, et suscitent à nouveau dans la presse de longs commentaires sur la concurrence, légitime ou non, de ceux qui ont l’avantage de la naissance et de la fortune, face au mérite des professionnels de la plume[3]. La question est soumise par les journalistes aux avis d’Edmond de Goncourt, Alexandre Dumas, Émile Zola, Edmond de Rostand ou Paul Verlaine — pour ne citer que les plus connus.

Arsène Alexandre, « Les Amateurs », Le Figaro, 02/07/1895.
Robert de Montesquiou, « Artistes de profession », Le Figaro, 04/07/1895

Les sciences ne sont pas non plus oubliées dans le débat.

Dès le 4 juillet, Montesquiou use de son droit de réponse pour défendre avec verve sa position d’amateur aristocrate contre les « artistes de profession ». Le 9, le comte reçoit une lettre du docteur Félix Marot (1865-1932), qui lui apporte son soutien : « À la lecture de votre lumineuse réponse, l’autre jour, j’avais été pris de l’indiscrète envie de vous mentionner — “pour cette élucidation souhaitable” — un article sans doute ignoré de vous, trop en dehors probablement de vos ordinaires occupations d’esprit ».

Lettre de Félix Marot à Robert de Montesquiou, 09/07/1895, Paris, BnF, NAF 15046

L’article en question a paru le 15 octobre 1892 dans la Revue scientifique. Il s’agit d’une traduction du discours inaugural prononcé, le 4 août de la même année 1892, par le physicien germano-britannique Arthur Schuster, devant la section de mathématiques et de physique lors du congrès annuel de la British Association for the Advencement of Science. La traduction française dans la Revue scientifique a pour titre complet : « Histoire des sciences. Les auxiliaires de la science : Les Amateurs et théoriciens ».

Glosant sur les particularismes propres à chaque nation, Schuster fait alors remarquer à ses collègues ce qui lui semble une singularité de l’histoire des sciences en Grande-Bretagne :

« N’est-il pas vrai que, vis-à-vis des travaux des autres nations, l’un des caractères distinctifs des nôtres, c’est la part prédominante qu’y ont prise les amateurs scientifiques, et n’est-il pas vrai aussi que le système moderne d’éducation tend à faire disparaître l’amateur ? »

L’amateur dont parle ici Schuster, et dont parle à travers lui Marot, a à voir avec le gentleman amateur, que remet alors en cause l’institution universitaire, et qui peut rappeler, dans une certaine mesure, l’amateur aristocrate, oisif et indépendant, que défend Montesquiou.

Schuster ajoute en ce sens :

« Par amateur, je n’entends pas nécessairement un homme qui a d’autres occupations et ne s’occupe de science que dans ses moments de loisir, mais bien plutôt un homme n’ayant pas reçu l’éducation académique relative à la branche de connaissances qu’il a choisie finalement comme sujet d’étude et qui, probablement préparé à quelque profession sans aucune relation avec la science, n’a entamé ses études qu’après que son esprit avait acquis un développement suffisant pour lui permettre de formuler une opinion impartiale. Peut-être pourrait-on définir l’amateur, celui qui apprend sa science, comme et quand il en a besoin. »

Le physicien s’alarme dès lors de la situation actuelle des sciences : « nous sommes en danger de perdre avec eux un facteur important et nécessaire de l’originalité des idées scientifiques ». Il vante en effet les travaux « libres » de ceux qui ne subissent pas les « entraves des idées préconçues que fait naître l’enseignement méthodique des sciences ». L’amateur a pour lui l’indépendance et l’originalité, qui manquent selon Schuster à ceux qui suivent une formation trop dogmatique et trop spécialisée. En physicien, Schuster cite en modèles Michael Faraday et James Prescott Joule ; en physicien, Schuster trace également le tableau d’une société idéale en empruntant au XIXe siècle progressiste son symbole le plus éminent, la machine à vapeur : « La société, dans son effort pour la solution du grand problème de la nature, peut être comparée à une machine dynamique dans laquelle l’amateur fournit la vapeur, tandis que les Universités jouent le rôle du condenseur. Le premier, mis souvent en ébullition par des idées mal équilibrées et fantaisistes, n’aime pas les douches glacées ; le savant professionnel n’aime pas davantage la chaleur latente dégagée par la vapeur condensée, et pourtant la machine marche d’autant mieux que la vapeur est plus chaude et l’eau plus froide. » Amateurs et professionnels sont ainsi appelés à jouer chacun leur rôle et à tenir leur place sans en déborder, dans l’élaboration du progrès scientifique.

Transportée en France, sous la plume de Félix Marot, médecin, mais également futur conseiller municipal et député, et dans le contexte d’un conflit ouvert entre professionnels et amateurs, la discussion « s’étend à beaucoup plus qu’à l’art ou à la littérature ; les sciences, en particulier, ont aussi leurs esprits négatifs qui pensent venger leur impuissance par ce commode “tarte à la crème” improprement dédaigneux. Pasteur, Roux, n’ont-ils pas été fort longtemps de simples “amateurs” pour nombre de “grands, éminents cliniciens” ? Que sont la plupart des inventeurs, sinon des “amateurs” ? et n’est-ce pas tant pis quand les politiciens sont des “professionnels” ? »

Des arts aux lettres, des lettres aux sciences, le débat public sur l’amateur déborde finalement sur le monde politique, et sur une remise en cause de la professionnalisation moderne, Marot concluant son propos par une lecture du climat social français en cette fin de siècle : « Puissent [ces quelques notes] vous susciter le désir de dire encore une fois leur fait aux “professionnels” (toujours les corporations) produit essentiel de notre société centralisée, domestiquée, militarisée à outrance, jusqu’à la décapitation ? »


[1] Parmi les articles qui évoquent l’affaire, signalons : Noël Amaudru, « Incident aux Champs-Élysées : La statue d’Émile Augier. L’œuvre de Mme la duchesse d’Uzès refusée », Le Rappel, 18/04/1895 ; Georges Docquois, « Madame la Duchesse d’Uzès et le jury des Artistes français », Le Journal, 18/04/1895 ; Marcel Hutin, « La statue d’Émile Augier de Mme la duchesse d’Uzès : L’opinion de M. Falguière », Le Gaulois, 18/04/1895 ; « L’art et la politique : L’envoi de la duchesse d’Uzès refusé au Salon : Un monument à Émile Augier. – Acclamé à Valence, blackboulé à Paris. – Chez l’artiste. – Les dessous de la décision du jury », Le Matin, 18/04/1895 ; « Le Monument d’Émile Augier », Le Rappel, 19/04/1895 ; « Carnet artistique », Le Rappel, 19/04/1895 ; Le Masque de fer, « Échos », Le Figaro, 19/04/1895 ; Léon Millot, « Libres propos : Artistes mondains », La Justice, 19/04/1895 ; « Au jour le jour », Le Temps, 19/04/1895 ; Léon Millot, « Chronique : L’amateur », La Dépêche, 22/04/1895 ; Alexandre Hepp, « L’Amateur », Le Gaulois, 23/04/1895 ; Le Passant, « Les on-dit », Le Rappel, 27/04/1895 ; « Causerie », Journal du dimanche, 28/04/1895, no 2736.

[2] Voir « Nouvelles diverses », Le Gaulois, 11/05/1895 ; Gaston Jollivet, « Les amateurs et les médailles du Salon », Le Gaulois, 12/05/1895.

[3] Voir Arsène Alexandre, « Les Amateurs », Figaro, 02/07/1895 ; Robert de Montesquiou, « Artistes de profession », Figaro, 04/07/1895 ; G. S., « Querelle littéraire », Le Français, 05/07/1895 ; Boni de Castellane, « Professionnels », Le Gaulois, 05/07/1895 ; Ludovic Hamilo, « Ça et là : Amateurs et ratés », L’Événement, 06/07/1895 ; Georges Izambard, « Chroniques humoristiques : Les “amateurs” et l’“amatage” », La Liberté, 06/07/1895 ; Grosclaude, « Un p’tit bravo pour l’amateur », Le Gaulois, 07/07/1895 ; Henry de Braisne, « Les occasionnels », Gil Blas, 07/07/1895 ; Jean, « Échos : Pierre et Jean : De Jean à Pierre », L’Écho de Paris, 07/07/1895 ; « Gens de lettres : Les professionnels et les amateurs : Vieille querelle. – Le droit au travail. – Chez Edmond de Goncourt. – 12,000 livres de rentes ! – Le “Monde”. – Ses inconvénients et ses avantages », Le Matin, 07/07/1895 ; Paul Souday, « Notules et pochades : Ohé, l’amateur ! », Le Soir, 09/07/1895 ; Émile Bergerat, « Amateurs et professionnels », Le Journal, 09/07/1895 ; Fernand Vandérem, « Notes et impressions : Les amateurs », Revue politique et littéraire, 13/07/1895, vol. 4, no 2, p. 60-61 ; F. V., « Çà et là : Amateurs et professionnels », L’Univers,16/07/1895 ; « L’Amateurisme : Amateurs et professionnels », L’Écho de Paris, 17/07/1895 ; Jean Ajalbert, « La coterie », Gil Blas, 19/07/1895 ; Léon Daudet, « Les privilégiés », Figaro, 26/03/1896. Plusieurs de ces articles et d’autres extraits de périodiques non identifiés sont réunis, sous le titre « La Question des “Amateurs” », dans les archives du comte Robert de Montesquiou. Paris, Bibliothèque nationale de France, NAF 15046. La polémique de 1895 a été notamment évoquée par Antoine Bertrand, Les curiosités esthétiques de Robert de Montesquiou, Genève, Droz, 1996, p. 35-42.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search