[1] – Hadrien Viraben" />

La « poulomanie » comme science pratique et art d’agrément, Jacque et Morel au poulailler[1] – Hadrien Viraben

Charles Émile Jacque, Coq et poules dans la basse-cour, sans date. Huile sur toile, 42,5 x 34,2 cm. Collection particulière

Parmi les études de cas que renferme l’ouvrage de Stephen Knott Amateur Craft : History and Theory, publié en 2015, l’une des plus surprenantes est sans doute celle que l’auteur consacre à l’élevage de poules en Grande-Bretagne entre 1870 et 1920. Symbole d’une nostalgie pastorale au cœur des banlieues de la classe moyenne, le poulailler est aussi l’espace où se joue en miniature, et en marge du temps du travail, l’esprit d’entrepreneuriat du capitalisme moderne. Pour Knott, l’élevage d’amateur, encouragé par l’essor des expositions de produits agricoles, met en concurrence deux logiques de fonctionnement : l’utile et l’ornement.

Dès lors, parmi les amateurismes du XIXe siècle, l’élevage d’animaux, et en particulier le goût singulier pour les poules, se présentant tant comme un savoir domestique, la main mise sur une activité rustique rendue plus performante par la modernité industrielle, que comme un collectionnisme du vivant, auquel prennent part des intérêts tant scientifiques qu’esthétiques, à travers la description d’espèces et la maîtrise de leur évolution.

Face à l’Angleterre, la France du Second Empire ne tarda pas à se mettre à la page.

Aux côtés de la « potichomanie », de la « bricomanie » ou encore de la « statuomanie », la « poulomanie » s’inscrivit bientôt au rang des nouvelles pulsions maladives d’accumulation, que les frères Goncourt se plaisaient à remarquer chez leurs contemporains.

Dans Manette Salomon (1867), le néologisme s’imposa sous leur plume :

« Madame Crescent avait pour la volaille le goût, la passion, répandus et vulgarisés dans tout Barbison [sic] par la poulomanie de Jacques [sic], le peintre graveur. Au bout du jardin, dans le champ, elle avait créé un petit parc divisé en quatre compartiments […]. Elle mena là Manette et Anatole […] et leur fit voir les poulaillers […]. Elle leur expliquait ceci et cela, leur disait qu’il fallait un terrain ne prenant pas l’eau, ne gâchant pas, que les poulaillers étaient exposés au levant parce que l’exposition au midi faisait de la vermine ; que l’hiver, il fallait mettre une bonne couche de fumier sous les hangars, pour empêcher les poules d’avoir froid. Elle les arrêtait à la petite place, au milieu du gazon, où elle déposait du sable fin qui servait aux poules à se poudrer. Elle leur faisait remarquer une augette recouverte qu’elle avait inventée pour mettre le grain à l’abri de la pluie et des piétinements.

Et toute contente des petits étonnements de Manette, enchantée d’Anatole, de son air et de ses assentiments de connaisseur, […] elle montrait et remontrait ses Houdan, ses Crèvecœur, ses Cochinchine, ses Brahma, ses Bentham, ses espèces indigènes, exotiques, ses petites poules naines, des boules de soie. »

À la faveur de cette visite guidée de sa collection, le discours de madame Crescent était définitivement celui d’un amateur connaisseur, faisant montre tant de son érudition que de son inventivité. À dire vrai, elle parlait ici à la manière d’un manuel, comme l’un des nombreux qui se consacrèrent à partir des années 1850 au sujet très sérieux de l’élevage des poules.

À l’instar de toute spécialité, celle-ci eut ses précurseurs autoproclamés, tel le vétérinaire Simon Mariot-Didieux, déclarant dans l’avant-propos de son Éducation lucrative des poules, paru pour la première fois en 1853, qu’« [il fut] le premier à baptiser et à sortir de la route la plus vulgaire cette branche la plus importante de l’ornithologie agricole, la Gallinoculture ». Cette science de l’amélioration et du perfectionnement des races « réclame impérieusement des connaissances anatomiques, physiologiques et d’histoire naturelle », qui « sont rarement le partage de l’amateur et de l’industriel ». Ces derniers étant pourtant ses principaux praticiens, les progrès de la gallinoculture n’avaient pu être que lents selon Mariot-Didieux.

Charles Émile Jacque (dessinateur), Adrien Lavieille (graveur), Poule de Cochinchine fauve, estampe publiée dans Charles Émile Jacque, Le Poulailler, Paris, Librairie agricole de la Maison rustique, 1858.
Chromolithographie publiée dans Lewis Wright, The Illustrated Book of Poultry, Londres, Cassell, Petter and Galpin, 1880.

L’ouvrage le plus réputé de cette période, et justement signalé par les frères Goncourt, reste cependant Le Poulailler, monographie des poules indigènes et exotiques, rédigé par le célèbre peintre animalier de l’école de Barbizon Charles Jacque (1813-1894). Publié en 1858, ce livre se démarquait au premier abord par son prix, qui en fit le plus cher manuel consacré exclusivement à l’élevage des poules paru sous le Second Empire (7 francs 50, contre une moyenne d’environ 2 francs 19 et une médiane à 1 franc 25). Il ne fut finalement détrôné que par la Monographie des races de poules de Victor La Perre de Roo (1883), équivalent français du The Illustrated Book of Poultry de Lewis Wright (1872). Outre ses conseils pratiques, Le Poulailler de Jacque, abondamment illustré par le peintre, faisait la part belle aux longues descriptions des différentes races de poules, scrutées par le regard du naturaliste amateur. Le loisir utile aussi bien qu’esthético-scientifique entrait ici imperceptiblement dans la catégorie des formes ostentatoires de consommation.

Description de la cage de voyage pour volailles japonaises à longue queue, illustration reproduite dans Henri-L. Alphonse Blanchon et Delamarre de Monchaux, Toutes les poules et leurs variétés, Paris, C. Amat, 1924.

À cet égard, les Cochinchinoises, originaires de Chine, figurent parmi les premières poules de luxe, dites aussi « d’agrément », importées sur le sol français à partir des années 1850, et constituent à n’en point douter un aspect mal connu de la vogue contemporaine pour l’Extrême-Orient. Jacque fut lui-même le détenteur, en 1857, des premiers exemples français de la variété Cochinchine coucou, « la plus nouvelle, la plus rare, et par conséquent la plus recherchée ». Mariot-Didieux rapporte à ce sujet que Jacque vendait ses œufs 100 francs la douzaine, et le peintre indique encore qu’un lot composé d’un coq et de trois mères fut vendu par lui aux enchères, où il atteignit 1 000 francs.

En 1859, Le Monde illustré ne pouvait plus ignorer la « poulomanie » inspirée par l’ouvrage de Jacque, en signifiant son intrusion dans le domaine de la curiosité :

« Le commerce seul pouvait donc indemniser la science acclimative de ses dépenses et de ses efforts ; aussi s’est-on très activement ingénié, depuis un an ou deux, à inculquer aux mondains, ou plutôt aux mondaines, le goût du poulailler et de la basse-cour…

Des réclames rédigées avec une habileté de plume assurément fort comique, ont paru dans les journaux pour annoncer que la salle des commissaires priseurs allait faire alterner les vacations gloussantes aux enchères des objets d’art. »

À côté des intérêts économiques attendus de la ponte des œufs, l’incursion des poules dans le secteur du luxe était intrinsèquement liée à l’essor des expositions et des compétitions animalières, et plus particulièrement à celles réservées aux poules, auxquelles Jacque, habitué du Salon des beaux-arts, consacra un chapitre entier de son livre. Comme pour d’autres formes d’amateurisme, le fossé entre différents registres de praticiens se creusait ainsi suivant leur degré d’engagement public : les plus ambitieux se tournant vers l’élevage de poules rares et luxueuses, sanctionné par des concours ; les amateurs sans public ni récompense, orientant leur poulailler vers l’autosubsistance ou l’octroi de revenus d’appoint. L’organisation de ces manifestations s’accompagna par ailleurs de la fixation de standards de beauté, eux-mêmes confondus avec des normes biologiques à atteindre puis à dépasser.

Comme toutes spécialités, l’élevage de poules connut également ses maux, ses spéculateurs et ses faussaires, se jouant de la crédulité de certains amateurs pour leur vendre des animaux abâtardis. En effet, comme toute science, la gallinoculture était loin d’être exempte d’idéologie et, à ce titre, la « cochinchina mania » fit craindre à une dégénérescence des races françaises, que les éleveurs s’évertuaient à purifier. Ernest Leroy fut sans doute l’un des plus alarmistes sur cette question : « Au lieu du type uniforme de la race commune, si élégant dans sa tenue, si fier sous sa livrée propre, quel arlequin, quel chaos ! » La gallinoculture des amateurs fut en effet le creuset de nombreux fantasmes du XIXe siècle, la basse-cour se faisant cette fois le théâtre en miniature de l’évolution biologique contrôlée, du métissage, de la dégénérescence et de la régénération des races par l’eugénisme.


[1] L’auteur tient à remercier Marine Kisiel pour lui avoir signalé l’ouvrage de Charles Jacque, qui est à l’origine de cette errance scientifique.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
viraben (4 novembre 2020). La « poulomanie » comme science pratique et art d’agrément, Jacque et Morel au poulailler[1] – Hadrien Viraben. Amateurs en sciences (France, 1850-1950) : une histoire par en bas. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b496


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search