Cartographier les pratiques des amateurs collectionneurs : l’apport des annuaires artistiques – Léa Saint-Raymond

Le projet de recherche « Annuaires artistiques », dirigé par Léa Saint-Raymond à l’Observatoire des Humanités numériques de l’ENS-PSL, a pour ambition de mener une histoire transnationale des « mondes de l’art » à partir des annuaires Didot-Bottin, Ris-Paquot et Campbell. Son but est d’étendre l’analyse socio-économique et géographique des « marchands de tableaux » à celle des autres acteurs du marché de l’art, des artistes et des collectionneurs.

Figure 1

Au moment où se développèrent les pratiques des « amateurs », un nouveau type d’ouvrage vit le jour : l’annuaire artistique. Ces deux phénomènes étaient intimement liés. En effet, l’inventeur des annuaires artistiques, Oscar Ris-Paquot, fut un auteur particulièrement prolixe qui publia de nombreux manuels à destination des amateurs — des faïences anciennes aux pratiques de la photographie, en passant par les timbres, les marques et monogrammes, les recettes culinaires ou les astuces pour mener une vie de « bourgeois campagnard ». En 1879 parut son premier Annuaire artistique des collectionneurs de la France et de la Belgique. Ris-Paquot cherchait à prolonger le rayonnement de la France durant l’Exposition universelle qui s’était tenue l’année précédente à Paris, « cette grande fête internationale de 1878 où l’art rétrospectif, réuni dans les vastes salles du Trocadéro, étalait aux yeux émerveillés du monde entier les précieuses richesses du siècle passé[1] ». L’annuaire poursuivait, sur le papier, cette communion artistique car il constituait « un organe spécial reliant ensemble les membres de cette même et grande famille que l’on nomme les Collectionneurs[2] ».

L’inscription dans l’annuaire s’effectuait de manière gratuite et sur le mode déclaratif, les collectionneurs devant se signaler à Oscar Ris-Paquot, par voie écrite, pour figurer dans l’ouvrage. Ces derniers étaient alors classés par pays, puis par département et par ville. Par exemple, en Corrèze, la préfecture de Tulle comptait trois collectionneurs en 1882, M. Borie, pharmacien, qui était amateur de curiosités, Joseph Toinet, ancien avoué, qui collectionnait les « émaux, gravures, médailles, etc. », et M. Melon de Pradou, ancien conservateur des hypothèques, dont les goûts se dirigeaient vers les médailles et les faïences (fig. 1). L’entreprise fut un succès et compta six éditions successives jusqu’en 1904[3]. Entre 1911 et 1937, la publication de l’Annuaire de la Curiosité et des Beaux-Arts, fondé par Francis Campbell, proposa une liste similaire de collectionneurs, ordonnée de manière géographique puis alphabétique. Ce double corpus permet ainsi de mieux comprendre les pratiques des collectionneurs autodéclarés sur un temps long, en France et à l’étranger et d’en esquisser, ici, quelques résultats préliminaires à partir du dépouillement des annuaires de 1904 et 1925.

Figure 2

Les collectionneurs étaient majoritairement des hommes, représentant 96 % des répondants en 1904 et 93 % en 1925. Pour ces deux années considérées, les livres arrivèrent en tête des catégories d’objets collectionnés (fig. 2), suivis par les objets d’art / curiosités et les tableaux. Cependant, les documents d’archives et les vieux papiers, largement mentionnés dans les collections d’avant-guerre, n’intéressèrent plus que 15 % des acteurs en 1925. Il en va de même pour les naturalia, catégorie collectionnée par 1,7 % des amateurs de 1925, contre 4,7 % en 1904. Cette désaffection pour les documents et les naturalia est d’autant plus remarquable que les collectionneurs de 1925 déclarèrent deux fois plus de catégories d’objets que ceux de 1904. Certains objets étaient significativement préférés en fonction du genre. En particulier, les goûts des collectionneurs se portaient plus significativement vers les documents, les livres, les monnaies et les médailles, les gravures, les marques héraldiques et les cachets, et vers les naturalia. Les collectionneuses, au contraire, étaient davantage attirées par les objets d’art et les curiosités, les objets précieux, les tableaux, les tapisseries, les œuvres sur papier, les étoffes, les céramiques et les meubles.

Figure 3

La géographie permet également de dégager une typologie d’amateurs. Les collectionneurs de tableaux, de tapisseries et d’œuvres sur papier étaient surreprésentés chez les Parisiens ; le phénomène inverse était observé pour les collectionneurs de céramiques, d’objets archéologiques, de documents, de monnaies et de timbres. Comme ces derniers, mais de manière encore plus exacerbée, les amateurs d’objets préhistoriques résidaient en région (fig. 3), principalement en Dordogne, en Normandie et en Picardie, c’est-à-dire dans des zones riches en découvertes archéologiques.

Figure 4
Figure 5 : À l’Hôtel Drouot. Types parisiens, par G. Julien, 1883.

La méthodologie des analyses en composantes principales, enfin, apporte une aide précieuse pour distinguer les amateurs en fonction de leurs professions (fig. 4). Sans entrer dans les détails techniques[4], trois groupes se singularisèrent en 1925 par rapport à l’ensemble des collectionneurs. De manière significative, les militaires déclarèrent collectionner les militaria — ce qui ne fait pas prendre une ride à la caricature de G. Julien, parue en 1883 (fig. 5) — et les pharmaciens, les naturalia. L’analyse en composantes principales (fig. 4) laisse apparaître un dernier ensemble, formé par les professeurs, les médecins et les ecclésiastiques et qui, plus que leurs camarades, furent attirés par les objets préhistoriques, les médailles, les monnaies et les timbres.

Au-delà de cette analyse quantitative, les annuaires artistiques s’avèrent très riches en détails sur la composition des collections et laissent émerger des personnalités très originales d’amateurs. Par exemple, en 1904, le Parisien Fernand Bernard déclarait posséder une « collection remarquable de serrures, clefs ciselées et ferronnerie ancienne », le bibliothécaire albigeois P. Masson était un amateur de « menus artistiques de cuisine » et le capitaine Lion, de Montbéliard, collectionnait « tout sur Charles Nodier » ; en 1925, l’annuaire témoigne de figures excentriques, comme M. de Froberville, propriétaire du château de Villelouet à Chaille, dans le Loir-et-Cher, et amateur de châtelaines, ou encore Louis Didon, de Périgueux, collectionneur de « fers à gaufres et à hosties ». Cette première cartographie des collections a pour ambition d’être complétée et mise en ligne, afin de susciter de nouvelles recherches monographiques et enrichir la socio-histoire des amateurs.


[1] Oscar Ris-Paquot, Annuaire artistique des collectionneurs, deuxième année, Paris, R. Simon, 1882-1883, p. 5.

[2] Ibid., p. 5.

[3] En 1893, Ernest Renart prit la suite d’Oscar Ris-Paquot et dirigea l’annuaire de 1901 et de 1904.

[4] Léa Saint-Raymond, « L’impressionnisme dans le “système des objets” collectionnés », contribution au colloque Collectionner l’impressionnisme, Rouen, 9-13 novembre 2020.



Citer ce billet
viraben (2020, 23 novembre). Cartographier les pratiques des amateurs collectionneurs : l’apport des annuaires artistiques – Léa Saint-Raymond. Amateurs en sciences (France, 1850-1950) : une histoire par en bas. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b498

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search