Photosensible. Jules Janssen et les sociétés photographiques amateurs – Alice Aigrain

Ce texte est tiré d’une communication donnée le 15 octobre 2020, à l’occasion de la journée d’étude « Amateurs photographes et amateurismes scientifiques (1850-1950) », organisée dans le cadre de l’ANR AmateurS à l’Université du Mans. Il s’agit d’un court résumé de cette étude.

Les sociétés photographiques amateurs ont été tant des lieux de légitimation et d’institutionnalisation du médium que des cercles de sociabilité dans lesquels se sont parfois jouées des luttes de pouvoir bien éloignées de la question photographique. Jules Janssen (1824-1907) a été au cœur de ces cercles[1] et l’étude de sa trajectoire montre les porosités entre les institutions savantes et scientifiques les plus officielles, et les sociétés photographiques amateurs dans le troisième quart du XIXe siècle tout comme leur interdépendance à l’échelle de sa carrière. L’historiographie a souvent réduit l’apport de Jules Janssen au monde photographique à deux moments spécifiques : la création du révolver photographique — premier essai de chronophotographie — et sa fameuse phrase devenue un mantra dans ses discours : « La plaque photographique sera bientôt la véritable rétine du savant »[2]. Pourtant, il semble que la force de son engagement dans les cercles photographiques a souvent eu à voir avec ses ambitions en astronomie avant que, peut-être, elles ne viennent perturber sa pratique même de la science.

Sa première rencontre avec les sociétés photographiques a été discutée à de multiples reprises[3]. Lorsqu’en 1876 il se rapproche pour la première fois de la Société française de photographie, celui-ci semble chercher un soutien extérieur au monde de l’astronomie pour son invention du révolver développé dans le cadre du transit de Vénus[4]. Quelques semaines plus tard, comme le rappellent Monique Sicard et Françoise Launay, une commission se tient pour statuer sur le caractère dispendieux des dépenses engagées pour la construction de cette innovation technique. Alors que le révolver a permis à Jules Janssen de retrouver un rôle de premier plan dans l’évènement astronomique du transit de Vénus de 1874, il semble que ce soit par la promotion de cet appareil auprès d’une société photographique amateur qu’il cherche à justifier de l’intérêt de telles dépenses. Car si le révolver photographique n’a pas eu les effets escomptés en astronomie, il est sans aucun doute une avancée pour le monde photographique.

Cette rencontre en 1876 avec la SFP n’est que la première étape de l’implication de Jules Janssen dans les réseaux de sociabilité amateur de la photographie. En effet, il semble investir sur le long terme les sociétés de photographie afin de créer un tiers-lieu de défense de ses choix en astronomie. Ainsi, lorsque Jules Janssen pense avoir découvert le réseau photosphérique à la surface du soleil, il en fait rapidement part à la SFP[5], après s’en être entretenu à l’Académie des Sciences[6]. Il faut dire que la réception de cette découverte par le milieu scientifique est loin d’être satisfaisante pour Jules Janssen qui pense avoir atteint l’acmé de sa carrière d’astronome. Sa nouvelle recherche de soutiens dans le milieu photographique s’explique peut-être par le fait qu’en plus d’être une théorie proprement astronomique, cette découverte lui permet aussi de démontrer le bien-fondé de ses multiples interventions publiques pour défendre les possibilités heuristiques du médium photographique. En somme, il y a dans ces photographies, l’exemplification de ce qu’il nommait « la rétine du savant ». Janssen semble jouer de la croyance dans les capacités heuristiques de la photographie que partage et promeut la SFP pour trouver à nouveau un soutien en faveur de l’une de ses théories astronomiques. Cette volonté de faire de l’appareil photographique le véritable agent de cette découverte est telle que lorsqu’en 1879, un autre astronome soutient sa théorie sur l’existence d’un tel réseau, annonçant l’avoir observé à la lunette astronomique, Jules Janssen s’oppose à la véracité de cette observation : « La découverte du réseau photosphérique est due à la Photographie, et elle ne pouvait être faite que par son intervention », [7]  prévient-il. C’était pourtant sa seule occasion d’être soutenu sur sa découverte. En effet, la question du réseau photosphérique est quasi ignorée par le reste du monde astronomique qui l’accueille avec une circonspection certaine. Cette découverte est même frontalement remise en cause. En janvier 1886, une communication à l’Académie des Sciences par un des assistants de Jules Janssen émet de sérieux doutes sur l’interprétation du réseau[8].

De sa prise en main de l’appareil photographique dans le cadre du transit de Vénus à son application systématique dans son observatoire de Meudon, Jules Janssen se distingue par son obstination à obtenir de la photographie un support d’observation, de recherche, et de découverte malgré des échecs répétés. Il est difficile de savoir si c’est cette obstination qui a induit une multiplication des discours prononcés sur la photographie ou si c’est à l’inverse, la multiplication des discours qui l’incite à ne pas abandonner l’outil qu’il a tant promu. Quoiqu’il en soit, son implication à la SFP au cours des années 1870 fait rapidement de lui un membre essentiel de l’organisation du monde de la photographie internationale de ce troisième tiers du XIXe siècle. Il multiplie les initiatives[9] pour que se rencontrent les acteurs des diverses sociétés. Par ailleurs, ses discours démontrent une approche du médium de plus en plus élargie. À la stricte application de la photographie à l’astronomie, et au-delà même des autres applications scientifiques du médium, il va peu à peu promouvoir l’intégralité des pratiques photographiques, y compris celles artistiques. Son rôle d’astronome allant chercher du soutien auprès des sociétés photographiques s’efface peu à peu au profit de celui qui organise ce qu’il nomme « le monde photographique »[10].

Ce changement de posture peut poser question quant à la poursuite de son inscription dans le monde photographique pour des raisons de stratégie personnelle d’accession à la postérité. Si ses découvertes dans le champ astronomique s’avèrent peu concluantes, il multiplie celles adaptées à la photographie : ses recherches sur la chronophotographie, sur les optiques à aberrations, sur la photométrie photographique, sur l’uniformisation de la photosensibilité, sur les effets de la surexposition pour les autopositifs ont toutes fait l’objet d’une certaine reconnaissance par le monde de la photographie.

Un dernier moment de sa carrière semble illustrer cette interdépendance qu’entretiennent les sociétés photographiques et astronomiques pour Jules Janssen, tout en interrogeant à nouveau frais son rapport à l’esthétisme photographique. En 1903, sous la pression des commissions subventionnant l’observatoire de Meudon, il est sommé de faire paraître les résultats de ses recherches. Il publie alors deux livres : son Atlas de photographies solaires, et le recueil de ses discours scientifiques. L’atlas, d’un immense format dit in-plano, comporte trente folios photographiques qui résument la carrière astronomique de Jules Janssen. L’ouvrage présente notamment le réseau photosphérique alors largement discrédité par l’ensemble de la communauté scientifique. La qualité des tirages et la multiplication des qualificatifs esthétiques pour décrire les photographies montrent là aussi un glissement. Il semblerait presque que la porosité des milieux semble telle qu’elle ait eu raison de toutes frontières qui auraient pu s’ériger dans la pratique de l’astronome entre la science et la photographie artistique. L’astronomie devenant peut-être alors un prétexte à sa pratique photographique.

Alice Aigrain (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA)


[1] Il se rapproche pour la première fois de la Société française de photographie (SFP) en 1876, il devient en 1889, le président du Congrès de photographie lors de l’exposition universelle ainsi que du Congrès de photographie Céleste, puis il est élu deux fois président d’honneur de la SFP. Il est aussi l’initiateur et représentant français de l’Union internationale de photographie, ainsi que le fondateur et président de l’Union nationale des sociétés photographiques de France.

[2] Jules Janssen, « Les méthodes en Astronomie physique » Association française pour l’avancement des sciences. Comptes rendus de la 11e session, La Rochelle 1882, Paris, Secrétariat de l’association, 1883, p. 22

[3] Monique Sicard, « Passage de Vénus », Études photographiques, no 4, mai 1998, p. 45‑60 ; André Gunthert, « La rétine du savant », Études photographiques, no 7, mai 2000, p. 29‑43 ; Françoise Launay, L’astronome Jules Janssen, un globe-trotter de la physique céleste, Paris, Vuibert/OBSPM, 2008.

[4] Le transit de Vénus est un événement astronomique particulier au cours duquel la planète Vénus se retrouve dans l’alignement Terre-Soleil. Ce phénomène se produit par couple de deux transits à huit ans d’intervalle, puis se répète tous les 243 ans. Jules Janssen assiste à ceux de 1874 et 1882.

[5] Jules Janssen, « Note sur des faits nouveaux touchant la constitution du Soleil, révélés par la photographie » (communication à la séance du 7 décembre 1877), Bulletin de la Société française de Photographie, 1878, p. 23 

[6] Contrairement à l’affirmation d’André Gunthert, « La rétine du savant », opcit., Janssen a parlé du réseau lors des communications : Jules Janssen « Note sur la reproduction par la photographie des “grains de riz” de la surface solaire » (Séance du 13 août 1877), CRAS, vol. 85, 1877, p. 37 ; Jules Janssen, «Sur la photographie solaire et les faits qu’elle nous révèle touchant la constitution de la photosphère » (Séance du 29 août 1877, Section de Physique), Association française pour l’Avancement des Sciences, 1877, p. 327.

[7] En réponse à Dom Lamey « Sur la visibilité directe du réseau photosphérique du Soleil » (Séance du 8 décembre 1879), CRAS, vol. 89, 1879, p. 984. Jules Janssen « Remarques sur une communication récente relative au réseau photosphérique » (Séance du 5 janvier 1880), CRAS, vol. 90, 1880, p. 26

[8] Jules Janssen, « Observations relatives à une communication de M. G.-M. Stanoïévitch sur l’origine de réseau photosphérique solaire » (Séance du 12 avril 1886), CRAS, vol. 102, 1886, p. 857.

[9] Il participe notamment à la fondation de l’Union nationale des sociétés photographiques et l’Union internationale de photographie.

[10] Jules Janssen, « Discours de M. Janssen au Congrès international de Photographie tenu à Bruxelles en 1891 », Bulletin de la Société française de Photographie, 1891, p. 338.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search