Heinrich Schliemann (1822-1890) : comment un commerçant amateur devient un célèbre archéologue – Annick Louis

Professeure à l’université de Franche-Comté, membre de l’équipe pédagogique de l’EHESS et chercheuse auprès du CRAL (Centre de recherches pour les arts et le langage, EHESS/CNRS) et du CRIT (Centre de recherches interdisciplinaires et transculturelles), Annick Louis a exploré dans son dernier ouvrage, L’invention de Troie (Paris, Éditions EHESS, 2020), l’écriture autobiographique d’Heinrich Schliemann. En se fondant sur ses travaux récents, elle propose ici une réflexion sur la qualité d’« amateur » du célèbre archéologue.

Commerçant polyglotte, considéré comme autodidacte puisque sans formation scolaire ni universitaire achevée, Heinrich Schliemann (1822-190) se positionne dans un espace situé entre science et imagination, entre science et discours amateur. La pièce maîtresse de cette construction est son autobiographie, où se trouve la célèbre scène de l’enfant qui rêve de Troie[1], qu’il présente comme l’origine de sa vocation, de son désir de se consacrer aux lettres dans cette première version, puis à l’archéologie dans la troisième version de son récit de vie[2]. Le passage de l’amateur à l’archéologue reconnu s’accomplit également grâce à un usage spécifique du récit, que nous décririons comme un « mimétisme créatif » : Schliemann reprend et s’approprie des récits écrits par d’autres (Homère, des correspondants, des membres de sa famille, des articles de journaux…), dans lesquels il s’insère, devenant le personnage principal, un héros de la science.

Lorsqu’il arrive à Paris en 1866, à quarante-quatre ans, ayant abandonné ses activités commerciales en Russie, rien ne prouve que Schliemann ait eu d’intention autre que celle de consommer les plaisirs de la capitale. Néanmoins, outre les théâtres, musées et autres modes de socialisation, il assiste aussi, dès son arrivée, à des séances au Collège de France, à des cours à la Sorbonne, et devient membre de différentes sociétés savantes, parmi lesquelles la Société de Géographie de Paris. Il se positionne alors en amateur dans le milieu savant parisien, à une époque où la séparation entre amateurs et professionnels, sur laquelle repose une série de disciplines en cours de définition, telle l’archéologie, ouvre des possibilités insoupçonnées. Si les amateurs capables de financer leurs propres travaux ne sont pas, à cette date, entièrement exclus du champ légitime de la recherche, leurs travaux sont acceptés tant qu’il s’agit de la « collecte des faits », et non de l’interprétation théorique, considérée comme l’apanage des experts qualifiés[3]. Les documents conservés dans les archives de Schliemann, à la Gennadius Library de l’American School of Classical Studies at Athens, montrent que pendant ses « années parisiennes » (1866-1870), il adresse des objets anciens et des livres à des savants reconnus, qui occupent des positions importantes dans les institutions de l’époque — tels Renan, Longpérier, Brunet de Presle —, envois souvent accompagnés de cadeaux (des Bibles en langues des Indiens d’Amérique pour Renan, des bonbons et jouets pour les enfants, des photographies, etc.[4]). En réponse, ses correspondants se livrent à un travail d’identification et d’interprétation. La circulation de ces dons implique que l’amateur est celui qui parcourt le monde, et que le voyage est un capital susceptible de favoriser l’intégration dans un milieu savant plutôt sédentaire, comme le confirme une lettre d’Émile Egger (1813-1885), professeur d’études grecques à la Sorbonne, datée du 6 juillet 1869, où il répond à l’invitation de Schliemann à se rendre à Troie avec lui : « Mais de toute façon, ne comptez pas sur moi pour un voyage en Grèce… — les bourgeois […] ne se déplacent pas si facilement.[5] »

Les « années parisiennes » de Schliemann constituent donc une première étape de formation, passée sous silence dans ses autobiographies. Cet équilibre sera rompu lorsqu’il commence des fouilles systématiques dans la Troade, réalisant trois campagnes entre 1871 et 1873, qui culminent par la découverte du « trésor de Priam » en 1873. Ses découvertes l’amènent à se lancer dans le terrain de l’interprétation, mouvement qui marque le passage du statut de consommateur à celui de producteur de biens savants : des polémiques éclatent autour de ses découvertes, qui l’amèneront à s’éloigner de la France, et à construire une carrière internationale. Les premiers débats concernent la localisation de l’ancienne ville de Troie, que Schliemann trouve par ses fouilles à Hissarlik, et non à Bounarbashi, où la plaçaient des savants français prestigieux tels : Gustave d’Eichthal (1804-1886), l’helléniste, ethnologue et théoricien ; Vivien de Saint-Martin (de son vrai nom Louis Vivien, 1802-1896), le célèbre et reconnu géographe, cartographe et historien, président honoraire de la Société de Géographie, institution dont il avait été l’un des fondateurs ; ou Adrien de Longpérier (1816-1882), numismate et archéologue de l’Institut. Les premières trouvailles de Schliemann vont d’abord susciter de l’indifférence, les savants parisiens ne tenant pas compte de ses premières interprétations qui, certes, restent peu scientifiques, puis de nouvelles polémiques. Ces dernières s’expliquent par le fait que Schliemann s’oppose à un mode scientifique de travail, la philologie, pour affirmer la méthode des fouilles, et qu’il conteste aussi un courant de pensée, le spiritualisme, déjà menacé par le développement du positivisme. De plus, tout en s’éloignant du modèle du savant amateur, il s’écarte de la figure du savant de cabinet, et du savant voyageur qui, comme il le dira, regarde la plaine de Troie « du haut de son cheval[6] ». Ainsi, on peut dire que l’opposition entre ceux qui font les fouilles et ceux qui proposent des interprétations savantes s’inscrit dans la continuité de la dynamique qui oppose les amateurs aux savants, mais elle implique, dans le même temps, un défaut de reconnaissance de l’expertise du fouilleur et de la qualité scientifique de son travail. De plus, le zèle et le dévouement de Schliemann apparaissent dans les débats comme des traits caractéristiques de l’amateur, tout comme son succès auprès d’un public non spécialisé : l’amateur se définit ainsi comme celui qui atteint le public, mais est incapable de convaincre les hommes de science.

La teneur des débats qui ont lieu en France autour de ses découvertes amène à poser une autre question : Schliemann incarne-t-il pour les savants français non seulement un savoir amateur, mais aussi ce qu’aujourd’hui on décrirait comme un savoir populaire sur l’archéologie ? Ses premières interprétations relèvent-elles de ce qu’on décrit depuis la fin du XIXe siècle comme un discours pseudo ou parascientifique ? En effet, ses premières tentatives d’interprétation manquent de bases scientifiques, et Schliemann semble emporté par l’imagination. Mais, par ailleurs, il mobilise les ressources éditoriales disponibles à l’époque pour la production d’un discours scientifique ; s’il n’existe pas encore de critères de scientificité disciplinaire, les efforts faits au niveau de l’édition, notamment en ce qui concerne l’illustration des ouvrages, traduisent la volonté de se détacher d’un discours populaire amateur et de se projeter vers l’univers savant, tout en conservant la possibilité de séduire un public plus large. Un autre élément de réponse est de considérer le moindre développement à cette date de ce qu’on considérerait comme une littérature parascientifique, celle-ci étant liée à la constitution de la discipline archéologique et à la progression des découvertes dans les années où Schliemann commence à travailler. Le paradoxe de son cas est que son travail a eu à la fois un caractère fondateur dans l’établissement de la scientificité de la discipline et dans la mise en place d’une série de mythes et d’imaginaires auprès du grand public : il aurait un pied de chaque côté, et incarnerait les deux facettes de l’archéologie. Ceci nous induit à décrire la situation dans laquelle il se trouve à Paris, à partir du moment où il commence à mener des fouilles systématiques, comme l’entrée en scène d’un nouveau régime de discours sur le passé au sein de la communauté française, qui amènera progressivement à une cohabitation de régimes interprétatifs. Même lorsqu’il est exclu ou lorsqu’on tente de l’exclure du domaine de la science, son discours suscite des réactions qui vont remodeler le monde savant. Autrement dit, les controverses que ses travaux provoquent écrivent l’histoire de l’archéologie.

Il n’est pas certain que les structures académiques auraient permis l’insertion professionnelle de Schliemann en France, et ce même sans l’intervention de la guerre contre la Prusse, les positions dans le monde du savoir étant liées aux postes académiques, qui eux-mêmes dépendent de la nationalité, de la formation, de réseaux d’insertion et d’alliances familiales. Achever le passage de l’amateur au professionnel aurait probablement demandé que Schliemann assume des tâches de gestion ou d’enseignement dans une institution prestigieuse — et encore, cela n’aurait probablement jamais été possible, en tant qu’étranger et en l’absence de certifications françaises. Dans tous les cas, la question reste ouverte de savoir quelle qualité aurait pu atteindre son insertion et s’il aurait pu acquérir un statut de producteur savant dans ce milieu. De plus, sa formation est loin d’être achevée avec l’écriture d’Ithaque, ou avec son doctorat : il lui reste encore à apprendre à faire des fouilles et à interpréter les objets trouvés, tout comme les strates excavées, puisque dans Ithaque l’interprétation archéologique prend encore pour base des ouvrages et des textes anciens. La fin du processus qui lui permettra d’acquérir le statut reconnu d’archéologue doit donc être située entre 1873 et 1875, période où la polémique autour de ses trouvailles s’enflamme.

L’ensemble de ces facteurs semble avoir rendu impossible la poursuite de la carrière de Schliemann en France, où il construit un espace dont il est finalement rejeté, peut-être parce qu’il n’a pas mesuré l’écart entre savants et amateurs, et qu’il a confondu l’intégration dans une vie mondaine de savants et la considération en tant que pair. Dans tous les cas, ce chemin le mènera à tenir une position de producteur de savoirs indépendante des circuits professionnels et institutionnels, et à s’appuyer largement sur une stratégie de publication et de diffusion internationales des écrits scientifiques. De fait, Schliemann construit un mode d’exercice du métier de savant en mobilisant des modes de production prédisciplinaires, étant indépendant sur le plan économique et académique, mais également sans attache à un État-nation particulier, tout en contribuant, ce faisant, à la professionnalisation de sa discipline[7].


[1] Heinrich Schliemann, Ithaque, le Péloponnèse et Troie, Paris, Reinwald, 1869.

[2] Heinrich Schliemann, Ilios: the city and country of the Trojans in the years 1871, 72, 73, 78, 79, Londres, J. Murray, 1880. Schliemann rédigea également deux autres autobiographies. L’une, datant du début des années 1850, avant de se consacrer à la science, et dont le manuscrit se trouve à laGennadius Library (Schliemann Papers – Series A: Diaries – A2: Diary 1850–1853), fut publiée par Shirley H. Weber : Schliemann’s first visit to America. 1850-1851, Cambridge, Harvard University Press, 1942. Une troisième fut éditée après sa mort : Heinrich Schliemann et Sophie Schliemann, Heinrich Schliemann’s Selbstbiographie, Leipzig, Brockhaus, 1892. Les circonstances de rédaction des quatre autobiographies sont étudiées dans Annick Louis, L’invention de Troie, Paris, Éditions EHESS, 2020.

[3] Judith Schlanger, « Fondation, nouveauté, limites, mémoire », Communications, 1992, no 54,p. 289-298.

[4] Gennadius Archives, Schliemann Papers (GA, SC P), B, Box 66, 41, 35, 26/02/1871 et 18/02/1871.

[5] Dans la même lettre, il évoque le compte rendu fait par Schliemann sur l’état des études classiques aux États-Unis, son cours sur Aristophane, sa visite à Ernest ou celle d’Ernest, et l’affaire du divorce. GA, SC P, B, Box 64, 255.

[6] Heinrich Schliemann, « L’Ilion d’Homère et M. Vivien de Saint-Martin », Revue archéologique, 1875, vol. 30, p. 168.

[7] Johan Heilbron, « Comment penser la genèse des sciences sociales ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 2006, no 15, p. 103-116.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search