La photographie comme trace : « Émotions patrimoniales », une collecte et une exposition au Laténium à Neuchâtel – Géraldine Delley

Résumé de la communication présentée lors de la journée d’étude « Il y a amateur et amateur : Amateurs photographes et amateurismes scientifiques (1850-1950) » (Le Mans, 15 octobre 2020). Une sélection des photographies collectées par le Laténium est présentée dans la seconde partie de cet article.

Une collecte et une exposition

Entre mai 2019 et janvier 2020, l’exposition Émotions patrimoniales au Laténium explorait les formes d’attachement que nos concitoyens entretiennent avec le patrimoine archéologique et historique[1]. Afin de disposer de matériaux devant nous permettre d’accéder à des formes d’appropriations patrimoniales situées hors du champ scientifique, nous avons lancé une collecte dont les clichés et témoignages recueillis ont formé le noyau de l’exposition. De par la nature du patrimoine photographié — des vestiges et des monuments dont la portée était volontairement locale — les témoignages qui nous sont parvenus révèlent des gestes inconscients et des détails marginaux[2] dans ce qui se joue autour des relations intimes tissées entre ces lieux de patrimoine et ceux qui les ont fréquentés.

La photographie de famille comme archive

Dans la littérature scientifique qui traite de photographie vernaculaire, les auteurs s’entendent pour considérer que la photographie privée constitue une source d’information précieuse pour les sciences historiques et les sciences humaines en général. Ce type d’archives est cependant réputé difficile à analyser du fait de l’incertitude qui plane sur ces images prises dans des cadres informels et qui se destinent à des groupes restreints, généralement assimilés au cercle familial ou des amis[3]. Notre collecte nous a permis d’anticiper ces problèmes de décryptage et d’interprétation, puisque les photographies que nous avons reçues étaient accompagnées de récits écrits ou recueillis par le biais d’entretiens semi-dirigés conduits avec les donatrices et donateurs[4].

Des images supports de récits

À l’issue de la collecte, nous disposions de deux types de matériaux — images et récits — qui devaient nous permettre de construire le propos de l’exposition. Les 400 clichés collectés constituaient des fragments de temps décontextualisés, comme des hors cadres qu’il s’agissait de recontextualiser grâce aux entretiens menés avec les donateurs. Notre démarche nous a conduits à nous intéresser à deux instants précis dans l’histoire de ces photographies. Il s’agissait d’une part d’interroger le moment où les photographies ont été prises, avec les motifs qui ont conduit à leur réalisation. D’autre part, il s’agissait de poser la question des effets produits par ces photographies dans le présent à la fois sur les donatrices et donateurs, au moment où nous leur demandions de les commenter, mais aussi sur les visiteurs de l’exposition, pour qui ces lieux pouvaient également être chargés de souvenirs et d’émotions. Ainsi, davantage que d’interroger la pratique qui consiste à se photographier devant des traces matérialisées du passé, il s’agissait également d’interroger les formes de médiations produites par ces images singulières aujourd’hui.

Les usages du patrimoine

Les photographiesprises devant du patrimoine historique et archéologique ritualisent les étapes de l’existence. Parmi les photos reçues, nombreuses sont celles qui ont été réalisées lors de mariages et de baptêmes, où les gens posent en couple ou en groupe devant des monuments. Le patrimoine joue ici un rôle d’amplificateur de moments solennels et de repères pérennes pour celui qui le photographie et vient y inscrire la trace d’un moment précis de sa biographie familiale. Dans les récits collectés, le patrimoine photographié constitue également souvent un but de balade. On y retourne souvent parce qu’il est situé à bonne distance, mais aussi parce qu’on l’affectionne particulièrement comme espace de jeux, lieu de méditation, repère, etc. Pour de nombreux donateurs, les vestiges et monuments sont ainsi constitutifs de géographies intimes au sens où ces lieux sont devenus un peu les leurs.

Photographie vernaculaire et science amateur

Les clichés que nous avons collectés constituent des preuves matérielles de morceaux de vie où les monuments et les vestiges sont souvent perçus comme des repères stables. Mais ces photographies ont également un pouvoir d’attestation, au sens de valeur de preuve de ce qui a existé et qui est rapporté par l’image. Ces configurations d’usage se retrouvent dans d’autres formes de pratiques photographiques, comme celle liée aux récits de voyage, mais aussi dans la photographie scientifique ou encore celle pratiquée dans un contexte de science amateur. Dans tous ces exemples, la photographie permet d’enregistrer la trace de ce dont on a été témoin, de ce que l’on a vu ou vécu. Une différence sensible distingue cependant les photographies que nous avons réunies des clichés pris par des scientifiques amateurs. Ces derniers sont généralement destinés à alimenter un discours raisonné, dans un but de production de connaissance. Et alors que les clichés produits par des amateurs de science sont destinés à être diffusés, ne serait-ce qu’à petite échelle, dans le cas des photographies que nous avons collectées, dont il faut préciser qu’une grande majorité a été réalisée entre les années 1950 et 1970, cette diffusion reste très limitée. Mais par-delà ces différences, l’intérêt de ces matériaux est qu’ils rendent compte d’une expérience parfaitement subjective du rapport au passé et aux monuments anciens, où émotions et souvenirs vécus produisent des formes spécifiques de lectures du monde, dans lesquelles la dimension biographique est particulièrement présente. Or il apparaît que dans les productions des scientifiques amateurs que nous étudions, de telles lectures subjectives peuvent également transparaître de façon tout à fait assumée. Elles sont souvent mêlées à des principes d’observation que les acteurs qui nous intéressent ont empruntés à des cadres professionnels et scientifiques qu’ils cherchent à reproduire. Enfin, ces photographies et récits nous rendent attentifs à la grande complexité sémiologique qui anime l’esprit humain lorsque l’on parle d’archéologie, de vestiges, de rapport au passé, de traces conservées ou disparues et que l’on peut soupçonner d’exister également dans un contexte de pratique scientifique amateur.

Sélection de photographies collectées

« Ce qui fait patrimoine » : les cheminées de la cimenterie Portland de Saint-Sulpice qui témoignent de l’histoire de la vie ouvrière à la fin du 19e et dans la première moitié du 20e siècle dans le Val de Travers. L’usine a été détruite peu après que la photo a été prise (1946, collection particulière). Le Lion de Lucerne, sculpture datée de 1821 qui commémore les centaines de soldats suisses morts en 1792 aux Tuileries (1952, collection particulière). Des vestiges de fortifications de la Seconde Guerre mondiale à Cudrefin (1963, collection particulière).
Au Musée romain d’Avenches et dans l’amphithéâtre (1953, collection particulière).
Avec ma mère devant le sanctuaire de la Madonna del Sasso à Orselina (1955, collection particulière).
Lors de rencontres familiales, les photographies prises devant des monuments ou dans des lieux historiques ont enregistré la mémoire de l’endroit où l’événement s’est déroulé. Neuchâtel (sans date, collection particulière) est représentée par sa collégiale et le village de Thielle (1945, collection particulière) est rendu explicite par son château.
« Cette image est un instantané de ma famille à un moment précis qui est celui de la naissance de notre dernier enfant […]. C’est une réelle émotion, une intension précise, on se rend là et nulle part ailleurs, les menhirs c’est pérenne, ça vient du passé ». Menhirs de Corcelles-près-Concise (1992, collection particulière).
« Cette photo a été prise par une amie d’Allemagne en visite. J’avais envie de lui montrer ce lieu magique. Cela fait des années que je passe ici dans cette forêt enchantée, c’est un lieu de grande ressource. J’honore et je remercie pour tout ce qui y est en jouant la flûte ». Menhir du Devens à Gorgier (2018, collection particulière).
« En allant prendre le goûter à la [tour de la] Tornallaz, nous avons découvert cette ligne rouge dans le mur et décidé que nous reviendrons régulièrement mesurer Jamie, et quand il y reviendra, adulte, il se rappellera de sa 1ère mesure ».  Avenches, Tour de la Tornallaz (2018, collection particulière).
Une donatrice nous expliquait qu’elle avait pour habitude de photographier ses amis français venus lui rendre visite devant des menhirs situés près du lieu où elle habite. Ces pierres dressées constituent des repères dans son parcours personnel : Suissesse d’adoption, elle connaissait les menhirs bretons mais ignorait qu’en Suisse on en trouvait également. Ces monuments constituent des sortes de traits d’union entre son pays d’origine, la France, et l’endroit où elle vit aujourd’hui, la Suisse. Menhir du Devens à Gorgier (2000 et 2009, collection particulière).
« Cet endroit, au pied du hameau de Corcelettes (Commune de Grandson) a été un lieu très fréquenté par ma famille : on allait s’y baigner très régulièrement. Dans le même coin, il était possible de ramasser quelques tessons de poterie ; mes cousins de Corcelettes en avaient garni les corniches des armoires. Je n’en ai jamais ramassé : ces tessons étaient noirs ! J’ai, en revanche, vu des gens avec pioches et pelles, chercher et fouiller le sol en vue de découvertes… Aujourd’hui, tout a disparu, sur terre et sous l’eau : plus de pilotis, un camping a recouvert le site. Le paysage reste splendide, mais l’Histoire est morte. » Station lacustre de Corcelettes (1932, collection particulière).
« Cette photo a été prise lors d’une excursion en famille. Mon ami Jean-Michel était là également. Nos parents étant amis, nous avons passé de nombreux moments ensemble dans ma jeunesse. Nous étions accompagnés par notre jeune-fille au pair Evelyne, que j’appréciais énormément ». Stein-am-Rhein (1958, collection particulière).
« Nous allions souvent au bord du lac de Neuchâtel avec mes parents. Je m’étais fait un ami dans la région dont les parents avaient une ferme. Nous nous retrouvions très fréquemment aux menhirs, c’était notre point de rendez-vous, et nous y écoutions de la musique. Ici, je le prends en photo (gauche) et là c’est lui qui me photographie (droite). » Menhirs de Corcelles-près-Concise (1964, collection particulière).

Bibliographie

Marta Caraion, Pour fixer la trace, Genève, Droz, 2003.

Clément Chéroux, Vernaculaires : essais d’histoire de la photographie, Cherbourg-Octeville, Le Point du Jour, 2013.

Géraldine Delley, « La photographie comme trace : Émotions patrimoniales, une collecte et une exposition du Laténium », La lettre de l’OCIM. Musées, patrimoine et culture scientifique et technique, à paraître.

Géraldine Delley, Émotions patrimoniales. Catalogue numérique de l’exposition. Digitaler Katalog der Sonderausstellung, Hauterive : Laténium, 2020, http://latenium.ch/wp-content/uploads/2020/04/latenium-emotions-PDF.pdf.

Daniel Fabre (dir.), Émotions patrimoniales, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013.

Cyril Isnart, «Les patrimonialisations ordinaires. Essai d’images ethnographiées », ethnographiques.org, no 24, 2012, http://www.ethnographiques.org/2012/Isnart.

Carlo Ginzburg, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », dans Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces : morphologie et histoire, Lagrasse, Verdier, 2010 [1979], p. 139-287.

Cord Pagenstecher, « Private Fotoalben als historische Quelle », Zeithistorische Forschungen/Studies in Contemporary History, vol. 6, no 3, 2009, p. 449-463, http://doi.org/10.14765/zzf.dok-1803.

Michel Rautenberg, La rupture patrimoniale, Paris, À la croisée, 2003.

Mette Sandbye, « Looking at the family photo album: a resumed theoretical discussion of why and how », Journal of Aesthetics & Culture, vol. 6, n° 1, 2014, p. 1-17.


[1] L’exposition a ouvert aux lendemains de l’incendie de Notre-Dame de Paris. L’événement confirmait à nos yeux l’actualité et la pertinence du concept d’« émotions patrimoniales » développé par l’ethnologue Daniel Fabre (Émotions patrimoniales, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013), qui nous a inspirés dans notre démarche. Le projet Émotions patrimoniales a été soutenu par le programme AGORA du Fonds national suisse de la recherche scientifique déposé par Marc-Antoine Kaeser (http://p3.snf.ch/Project-178339).

[2] Carlo Ginzburg, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », dans Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces : morphologie et histoire, Lagrasse, Verdier, 2010 [1979], p. 139-287.

[3] Cord Pagenstecher, « Private Fotoalben als historische Quelle », Zeithistorische Forschungen/Studies in Contemporary History, vol. 6, no 3, 2009, p. 449-463 ; Clément Chéroux, Vernaculaires : essais d’histoire de la photographie, Cherbourg-Octeville, Le Point du Jour, 2013 ; Mette Sandbye, « Looking at the family photo album: a resumed theoretical discussion of why and how », Journal of Aesthetics & Culture, vol. 6, n° 1, 2014, p. 1-17.

[4] Pour voir et écouter les contenus de l’exposition, un catalogue numérique est téléchargeable : http://latenium.ch/wp-content/uploads/2020/04/latenium-emotions-PDF.pdf. À la fin de l’exposition toutes les photos reçues ont été reversée sur la plateforme participative « Notre histoire.ch » : http://notrehistoire.ch/@emotions.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search