Reysa Bernson : actrice majeure de l’astronomie amateur dans l’entre-deux-guerres, assassinée à Auschwitz puis oubliée – Florian Mathieu

Portrait de Reysa Bernson dans le journal féministe La Française, 17 décembre 1932.

Jusqu’il y a peu, le nom de Reysa Bernson était presque totalement tombé dans l’oubli. Il convient donc d’abord de saluer les premiers articles de Jean-Michel Faidit et Danielle Delmaire[1], ainsi que la notice de Nathalie Barré-Lemaire, qui lui sont consacrés. Ces publications ont récemment permis de faire connaître la vie et la mort tragique de cette femme, ses multiples engagements, ainsi que son œuvre éducative considérable dans le domaine de l’astronomie[2]. Les lignes qui suivent ont pour objectif de contribuer à affirmer la place entière de cette amatrice de haut niveau dans l’histoire des sciences et de l’astronomie, tout en interrogeant les raisons de son oubli durant plus de soixante-dix ans.

Les publications précédemment citées établissent le début de la passion de Reysa Bernson pour l’astronomie à l’âge de 16 ou 18 ans, lors de son adhésion à la Société astronomique de France (SAF) en 1920 et de sa rencontre avec Camille Flammarion (1842-1925). On peut toutefois émettre l’hypothèse qu’elle ait été sensibilisée à cette science plus tôt, lorsqu’elle était encore enfant, et qu’elle était abonnée au journal anarchiste Les Petits Bonshommes. On trouvait en effet dans les pages de ce journal les leçons d’astronomie du militant syndicaliste Jean Couture (1884-1973), amateur d’astronomie alors en rupture de ban avec la SAF, à la suite de l’affaire Ferrer.

Les parents de Reysa Bernson étaient tous deux médecins et militants socialistes ; son père fut même adjoint au maire de Lille. Si elle ne les a pas suivis dans l’action politique partisane, elle n’en demeura pas moins une femme d’engagements : pour la reconnaissance de droits étudiants au sein de l’Unef ; puis pour ceux des travailleurs et travailleuses intellectuels dans le cadre de la CTI[3] ; enfin et surtout pour la vulgarisation et l’enseignement de l’astronomie, principalement auprès des enfants et des adolescents. Au service de cette cause, Reysa Bernson ne négligeait aucun terrain : l’école, bien sûr, en multipliant les conférences dans les établissements scolaires, mais aussi les différents mouvements de jeunesse, les événements « grand public » comme l’Exposition internationale de 1937 (durant laquelle elle fut responsable du planétarium), ou encore par le biais de films et d’émissions de radio. Durant une quinzaine d’années d’activités, ce furent ainsi plusieurs dizaines voire plusieurs centaines de milliers de personnes qui suivirent les explications scientifiques de « Mlle Bernson ». À sa manière, elle poursuivit en ce sens l’œuvre de Flammarion, auquel elle se référait d’ailleurs fréquemment. En hommage à ce dernier, elle fonda un groupe portant son nom au sein des Éclaireurs de France, et y utilisait le pseudonyme « Astéroïde 1021[4] », en référence à l’astéroïde (1021) Flammariodécouvert en 1924 et nommé en l’honneur du célèbre astronome.


Schéma de fabrication d’une lunette astronomique « pour 25 francs », proposé par R. Bernson et R. Réant, reproduit dans de nombreuses publications pédagogiques dont L’Éducateur prolétarien, février 1934, p. 249.

À l’instar de ce dernier, Reysa Bernson ne se contentait pas de diffuser l’astronomie, elle pratiquait aussi cette science en tant qu’amatrice, faisant preuve d’une maîtrise relativement élevée de la discipline. Licenciée ès sciences en 1924, elle obtint par la suite son D.E.S en 1927 puis un « diplôme d’astronomie approfondie » à l’université de Lille en 1934. Néanmoins, elle n’exerça jamais en tant que professionnelle dans un observatoire, et ce fut bien dans le monde des amateurs qu’elle s’impliqua principalement. Reysa Bernson était notamment membre de l’Association française des observateurs d’étoiles variables, contribuant par exemple à l’établissement de la courbe de luminosité de la Nova Herculis en 1934. Fondatrice de l’Association astronomique du Nord (AAN) en 1923, elle y occupa jusqu’en 1937 le poste de secrétaire générale. Dans ce cadre, en plus de ses observations et de ses activités pédagogiques, elle joua un rôle notable dans la tentative d’affirmation d’une identité amateur aux côtés des astronomes professionnels, en proposant d’organiser rigoureusement une coopération entre les différents types d’acteurs.

Graphique réalisé par Reysa Bernson permettant de comparer les courbes de luminosités de différentes novae, L’Astronomie, juin 1935, p. 278.

L’entre-deux-guerres constitua en effet une période charnière dans la délimitation des rôles entre amateurs et professionnels de l’astronomie. Alors qu’à la fin du XIXe siècle, certains astronomes non professionnels, dans le sillage de Flammarion, pouvaient encore prétendre — du moins auprès du grand public — à une relative légitimité scientifique, au lendemain de la Première Guerre mondiale les observatoires d’État installèrent définitivement leur hégémonie sur la discipline. Schématiquement, les non-professionnels désireux de contribuer aux avancées scientifiques furent cordialement invités à réaliser leurs observations dans le cadre d’un programme de recherche exclusivement défini par les astronomes fonctionnaires[5]. Dans les publications officielles de la SAF, ce fut également durant cette période que le vocable « amateur » commença nettement à prendre le dessus sur celui de « populaire », qui avait été prééminent au XIXe siècle et encore privilégié dans les années 1900. Les « amateurs d’astronomie » s’emparèrent ainsi de plus en plus de cette dénomination ; sans être nouvelle, l’expression suggérait désormais une identité pleinement revendiquée.

Ce fut dans ce contexte qu’à partir de 1924, Reysa Bernson donna à plusieurs reprises, en France et à l’étranger, une conférence intitulée « Le rôle des amateurs en astronomie[6] ». La position subalterne attribuée par les professionnels aux amateurs y était certes entérinée, mais en proposant à ces derniers de se doter d’institutions spécifiques ainsi que d’une coordination à l’échelle internationale. Si les grandes thématiques de recherche devaient être définies par les professionnels, pour Bernson la répartition et l’organisation pratique des observations devaient aussi selon elle relever d’une « Fédération internationale des amateurs d’astronomie », chargée de transmettre les données récoltées aux professionnels. Elle plaida ainsi en faveur d’une autonomie relative pour les amateurs organisés, qui aurait permis à ceux-ci d’être à la fois plus efficaces et mieux valorisés pour leurs contributions à la recherche scientifique, que dans le cadre des sociétés astronomiques déjà existantes. Le texte de cette conférence fut finalement publié en 1931 dans le journal de la SAF, mais aussi dans les bulletins d’autres sociétés astronomiques régionales, avant d’être présenté au Comité national d’astronomie qui se réunit à l’Observatoire de Paris en juillet 1931. Bien que ce programme fût accueilli par certains avec un réel enthousiasme[7], la commission du comité national qui le discuta se contenta d’émettre un vœu en faveur de la création d’un « bureau d’organisation des travaux des astronomes libres[8] », qui ne vit jamais le jour… Si le projet de Bernson ne fut donc jamais réalisé, il constitua néanmoins dans l’espace francophone et à cette époque l’une des tentatives les plus ambitieuses d’organisation des amateurs.

Ainsi, malgré ses responsabilités, son activisme et son engagement, Reysa Bernson ne parvint pas suffisamment à convaincre la communauté des astronomes de l’intérêt d’une telle organisation. Les raisons sont diverses, mais cet échec est surtout symptomatique du déficit de légitimité dont pouvait souffrir une femme amatrice d’astronomie au sein de ce milieu. De même, lorsqu’elle quitta ses fonctions de secrétaire de l’AAN en 1937, pour se consacrer à ses activités pédagogiques, personne au sein de l’association ne proposa de lui attribuer le titre de présidente d’honneur, pratique pourtant courante pour les membres fondateurs aussi impliqués dans ce type de groupement. Il faut rappeler que les femmes y étaient non seulement très minoritaires, mais qu’elles étaient encore moins nombreuses à y occuper des postes clés de fonctionnement, à donner des conférences ou à publier des comptes rendus d’observations. Parmi ces rares amatrices, Reysa Bernson faisait donc figure d’exception[9], et malgré tout, ni son niveau technique ni le dévouement dont elle fit preuve ni ses diplômes ne suffirent à la faire accéder à une reconnaissance équivalente à celle de ses homologues masculins. A contrario, nombre de ces derniers ne disposaient d’aucun diplôme d’une formation universitaire en astronomie ou même en sciences, sans que cela ait constitué un réel obstacle à leur rayonnement au sein de la communauté.

Amatrice vis-à-vis des professionnels, femme vis-à-vis des amateurs (comme, bien sûr, vis-à-vis du reste de la société), un dernier facteur de minorisation mérite également d’être mentionné : sa judéité. Si l’antisémitisme dont elle aurait pu être victime dans le cadre de ses activités n’a pu être formellement établi, au regard du contexte idéologique de l’entre-deux-guerres il est néanmoins impossible d’exclure une telle éventualité. De fait, ce fut bien l’antisémitisme qui la contraignit par la suite à cesser toute apparition publique durant l’Occupation, et qui fut surtout directement responsable de sa mort dans les camps. Reysa Bernson fut arrêtée avec sa mère, par les autorités allemandes à Dreux le 23 février 1944 ; les deux femmes furent déportées à Auschwitz le 7 mars, où elles furent assassinées.

Au lendemain de la guerre, le souvenir de Reysa Bernson fut très brièvement évoqué dans le bulletin de l’AAN[10], mais on ne retrouve aucune nécrologie et encore moins de traces d’un éventuel hommage officiel de la part de ses anciens collègues. À l’instar de nombreuses victimes de la Shoah, elle semble avoir été victime du silence et du relatif oubli qui entourèrent l’événement durant les années qui suivirent directement la fin de la Seconde Guerre mondiale[11]. Cet oubli perpétuait le déficit de légitimité dont elle avait souffert de son vivant, mais le traumatisme de la guerre doit être aussi pris en compte pour comprendre l’extrême rareté et la tardiveté des témoignages la concernant.

Séance de planétarium, image illustrant un article de Reysa Bernson dans le numéro spécial de L’Éclaireur de France, 5 juin 1937, p. 10.

Les traces qui subsistent de ses travaux et de ses activités sont cependant loin d’être négligeables. Elles attestent de l’influence qu’a exercée Reysa Bernson sur plusieurs membres d’une nouvelle génération d’astrophysiciens après 1945. Il est par exemple rapporté dans le bulletin de l’AAN daté d’octobre 1952 que le directeur d’un observatoire français affirme qu’il a « été amené à l’astronomie, par l’enthousiasme que lui inspira une conférence de Melle Bernson du temps où il préparait son baccalauréat de mathématiques à Strasbourg[12] ». Cette indication biographique permet de déduire qu’il s’agit de Charles Fehrenbach (1914-2008), alors directeur de l’observatoire de Marseille. De même, on sait que les astronomes Armand Delsemme (1918–2017) et Gérard de Vaucouleur (1918–1995) ont aussi côtoyé Reysa Bernson à partir de 1937. Âgés de 19 ans, ils furent alors placés sous son autorité dans le cadre des conférences données au planétarium durant l’Exposition universelle. Il faut attendre la fin des années 1980 pour que ces derniers évoquent publiquement cette rencontre[13], mais les mots d’Armand Delsemme laissent peu de doutes quant à l’importance de cette expérience dans son parcours : « la médaille commémorative de la SAF a été accordée pour 1937 à l’équipe du planétarium de Paris, et sept médailles de bronze ont été gravées au nom de notre secrétaire générale et des six conférenciers. C’est la première des médailles reçues au cours de ma vie, et je l’ai toujours précieusement conservée. ».

Pour conclure, puisque des archives et témoignages au sujet de Reysa Bernson existent, son oubli relève donc aussi en partie de la responsabilité des historiens et historiennes des sciences. Jusqu’à une période assez récente, l’historiographie s’est en effet très peu intéressée aux acteurs et actrices situés à l’extérieur ou en marge des institutions scientifiques perçues comme légitimes (observatoires, universités, Académie des sciences…). Dans le cas de Reysa Bernson, les problématiques liées à son genre viennent encore renforcer l’invisibilisation du personnage, de même que certaines dynamiques mémorielles. Pourtant, que ce soit en astronomie ou dans d’autres disciplines et à différentes époques, d’autres amatrices de l’envergure de cette dernière ont assurément existé… Il ne reste plus qu’à écrire leur histoire !


[1] Jean-Michel Faidit, « Reysa Bernson et son œuvre fondatrice pour les Planétariums en France », L’Astronomie, 2015, vol. 129, no 82, p. 40-45 ; ainsi que Danielle Delmaire et Jean‑Michel Faidit, « Vie et mort de deux femmes juives. À l’ombre d’un mari et d’un père », Tsafon, 2017, no 74, p. 105-130.

[2] La plupart des éléments biographiques présentés sont issus de ces publications.

[3] Confédération des travailleurs intellectuels.

[4] Voir notamment la carte du ciel publiée dans le numéro 14 de L’Éclaireur de France (20 juillet 1938), signée de son nom et de son pseudonyme.

[5] Arnaud Saint-Martin, « L’office et le télescope : une sociologie historique de l’astronomie française, 1900-1940 », thèse de doctorat, Université de Paris 4, Paris, 2008, p. 529-533.

[6] Reysa Bernson, « Le rôle des amateurs en Astronomie », Bulletin mensuel de la Société d’astronomie populaire de Toulouse, novembre 1931, no 125, p. 109-115.

[7] C’est notamment le cas des membres de la Société d’astronomie populaire de Toulouse, dont l’avis est exprimé à la suite de sa conférence. Voir Bulletin mensuel de la Société d’astronomie populaire de Toulouse, avril 1929, no 104.

[8] Commission XVI, « Coopération entre les astronomes libres et les observatoires d’État », dans Comité national d’astronomie des 21-22-23 juillet 1931, Laval, Imprimerie Barnéoud, p. 196.

[9] Le seul autre nom féminin qui ressort plus que le sien à cette période dans le bulletin de la SAF est celui de Gabrielle Flammarion, qui bénéficie pour sa part de l’aura de son mari.

[10] Bulletin de l’AAN, octobre 1952, p. 2 et janvier 1954, p. 1. À l’occasion du trentenaire de l’association, sa mort en déportation n’est mentionnée qu’entre parenthèses.

[11] Annette Wieviorka, Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Paris, Plon, 1992.

[12] Bulletin de l’AAN, octobre 1952, p. 2.

[13] Discours d’Armand Delsemme à l’occasion du cinquantenaire de la Société astronomique de Liège en 1988, cité dans Ciel et Terre, mars-avril 1989, no 105, p. 38-40, et entretien avec Gérard de Vaucouleur dans Alan Paige Lightman et Roberta Brawer, Origins : the lives and worlds of modern cosmologists,Cambridge, Harvard University Press, 1990,p. 87.


1 réponse

  1. Régis Courtin dit :

    Excellente initiative. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search