L’abbé Alexis Timothée Bouly (1865-1958) et la radiesthésie médicale – Hervé Guillemain

Après avoir consacré plusieurs années d’étude à l’histoire de la méthode Coué, une pratique d’autosuggestion héritée de l’hypnose et internationalement reconnue dans les années 1920, j’ai décidé de m’intéresser dans le cadre de ce projet aux premiers radiesthésistes médicaux.

Le lecteur « tintinophile » saisira d’emblée la valeur de la démarche puisque le professeur Tournesol, qui apparaît dans la bande dessinée à partir de 1943, doit beaucoup à l’intérêt d’Hergé pour les radiesthésistes de cette époque. Mais mon dévolu s’est porté sur un autre personnage tout aussi fascinant. L’abbé Alexis Timothée Bouly (1865-1958) est selon plusieurs sources le créateur du terme « radiesthésie » à la fin des années 1920. Formé au petit séminaire de Boulogne, il est nommé, à partir de 1910, curé d’Hardelot, une station balnéaire propulsée par un industriel anglais, John Whitley. L’érudit local se prend de passion pour la pratique des sourciers au contact de la famille de Lapparent, dont plusieurs membres sont géologues. Il devient assez rapidement célèbre dans le monde entier pour ses talents de chercheur d’eau. Après avoir mis ses compétences au service de la détection des obus durant la Grande Guerre, il entreprend de développer ce que l’on peut appeler une radiesthésie médicale.

La radiesthésie médicale transposait sur l’humain un mode de recherche du caché et des fluides qui occupait les sourciers depuis des siècles. Elle prolonge par ailleurs la fascination contemporaine pour les ondes sonores et lumineuses. Les travaux sur la télégraphie sans fil et la radioconduction, qui matérialisent les ondes dans l’espace du quotidien, suscitent alors un grand intérêt auprès des amateurs. L’association Les Amis de la radiesthésie, qui publie un bulletin régulier à partir de 1930, en est une concrétisation. L’abbé Bouly est l’une des chevilles ouvrières de ce mouvement. Il multiplie les contacts avec des scientifiques réputés, dans les facultés catholiques du nord ou à l’académie des sciences. Il est en somme le fondateur d’une nouvelle discipline très populaire et largement portée par les amateurs. Située à la croisée de plusieurs champs scientifiques, elle voit le développement de pratiques, de gestes et de machines inédites, tout en créant un réseau d’études et de sociabilité totalement nouveau.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
viraben (24 juillet 2019). L’abbé Alexis Timothée Bouly (1865-1958) et la radiesthésie médicale – Hervé Guillemain. Amateurs en sciences (France, 1850-1950) : une histoire par en bas. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b46k


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/09/2019

    […] et regroupant des ingénieurs, des enseignants et surtout des religieux. Parmi ces derniers, l’abbé Bouly a précisément souhaité ancrer la tradition de l’art des sourciers dans la science des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search