Entretien : Florian Mathieu

Florian Mathieu est doctorant en histoire des sciences à l’université Paris-Sud et membre du projet ANR AmateurS.

Quels ont été votre parcours et vos thématiques de recherche ?

Ma thèse portant sur l’astronomie populaire et le mouvement ouvrier, ce dernier constitue l’essentiel de mon champ d’études, même si mon point de vue sur lui est singulier, dans la mesure où je l’aborde à travers le prisme de l’histoire de l’astronomie. Mon approche est avant tout celle d’une histoire sociale du mouvement ouvrier, mais en lien avec l’histoire de l’astronomie, l’histoire de l’astronomie populaire, et donc, par le biais de la vulgarisation scientifique, avec l’histoire de l’éducation populaire.

Au départ, mon souhait était de travailler sur l’histoire de l’astronomie, alors que je m’intéressais déjà aussi aux questions de l’histoire sociale. C’est pour ainsi dire la lecture du texte de Louis-Auguste Blanqui L’Éternité par les astres, un traité d’astronomie écrit par un militant révolutionnaire, qui m’a conduit à préciser mon sujet, à me rendre compte qu’il y avait une place pour l’histoire de l’astronomie au sein même de l’histoire du mouvement ouvrier.

L’un des enjeux de ma thèse est donc d’éclairer cette histoire du mouvement ouvrier et certains discours politiques, à la lumière de l’astronomie et des discours scientifiques de certains acteurs révolutionnaires.

Comment ce domaine d’étude en est-il venu à croiser la figure de l’amateur ?

L’amateur arrive très tôt dans cette histoire qui se déroule de 1871 à 1939, à un moment où se développe tout particulièrement le monde des amateurs d’astronomie. Ce milieu tient alors un rôle important entre celui des professionnels et celui des militants du mouvement ouvrier. Si certains de ces derniers vont devenir des astronomes amateurs, la plupart vont surtout s’appuyer sur des revues de vulgarisation et sur des documents, et entrer ainsi en communication avec plusieurs cercles d’amateurs. De fait, la littérature secondaire produite par les amateurs apparaît dès lors dans les sources citées par mes acteurs, et par exemple la revue L’Astronomie de Camille Flammarion.

Une autre particularité de mon travail de thèse est d’intégrer l’échelon local, à travers l’étude de deux sociétés d’astronomes amateurs, à Toulouse et à Montpellier. Ma recherche développe ainsi une approche locale de ces cercles pour mieux saisir leur inscription dans la ville, et leurs interactions avec un public plus large, qui intègre parfois mes acteurs principaux, issus du mouvement ouvrier.

Ces deux mondes, amateur et ouvrier, évoluent donc parallèlement, et échangent indirectement par l’entremise de la production du premier. Les amateurs offrent aussi un cadre comparable à celui du mouvement ouvrier, cadre où se retrouve par exemple un vocabulaire semblable de l’« astronomie populaire » et de l’« éducation populaire », mais dans des acceptions distinctes. Ma thèse aborde donc, pour partie, cette question de la frontière entre l’amateur, le savant et le profane.

Quels seront vos chantiers de recherche dans le cadre de l’ANR AmateurS ?

Tout d’abord, je souhaite contribuer, grâce à mes recherches de thèse, au projet de Dictionnaire historique des amateurs, en y intégrant plusieurs figures françaises peu connues de l’astronomie populaire et/ou amateur, telles : Louis Gétant, ouvrier relieur lyonnais ; Frédéric Stackelberg, noble originaire des pays baltes, qui fuit la Russie tsariste pour se retrouver au sein des milieux anarchistes français de la fin du xixe siècle ; ou encore Reysa Bernson, fille de médecin lillois.

Dans une échéance plus éloignée, je projette, après la soutenance de ma thèse, d’ici un an, de prolonger mes recherches dans les archives de l’Institut international d’histoire sociale à Amsterdam. Il s’agit de fonds majeurs consacrés à l’histoire sociale et à l’histoire du mouvement ouvrier, où de nombreux documents produits dans différents pays ont pu être sauvés et centralisés. Ces sources amstellodamoises pourront notamment : soit enrichir ma connaissance de certaines figures militantes déjà identifiées, soit me permettre d’en découvrir de nouvelles. Je pense en particulier aux anarchistes et aux militants socialistes qui se sont exilés de leur pays d’origine au cours des années 1930.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search