Émile Belot (1857-1944) – Volny Fages

Émile Belot naît le 8 décembre 1857 à Vendôme (Loir-et-Cher). Son père, Émile Joseph Belot (1829-1886), ancien élève de l’ENS est alors professeur d’histoire au lycée de Vendôme. Celui-ci, historien spécialiste de la République romaine, deviendra professeur d’histoire à la faculté des lettres de Lyon (à partir de 1872).

En 1877, Émile Belot est reçu à l’ENS et à l’École Polytechnique, et choisit cette dernière pour poursuivre ses études. Au sortir de l’École, il intègre le corps des Manufactures de l’État (1879), dans l’industrie publique des tabacs où il effectuera l’intégralité de sa carrière, jusqu’à sa retraite en 1928.

Dans ses fonctions de sous-ingénieur puis d’ingénieur, au Mans et à Paris, entre 1881 et la fin des années 1890, Émile Belot invente et perfectionne des machines destinées à la mécanisation de la production de tabac dans les manufactures françaises. En 1895, il est fait chevalier de la Légion d’honneur en récompense des économies que ses inventions ont permis à l’État de réaliser, et, en 1900, obtient une médaille d’or, en collaboration avec l’Administration, à l’Exposition universelle de Paris.

Entre 1900 et 1903, il prend quatre ans de congés dans l’industrie privée, chez le constructeur Découflé, afin de développer la fabrication industrielle de ses propres machines. À son retour dans la fonction publique, il est rapidement nommé directeur (1907), puis ingénieur en chef (1919) de la manufacture de Reuilly à Paris. Suite à son séjour dans le privé, il modifie radicalement ses pratiques, cesse toute invention mécanique pour le compte des manufactures, et se consacre, en plus de sa fonction d’administrateur, à des activités théoriques et expérimentales concernant, d’une part, l’organisation du travail, et d’autre part la mécanique céleste, formulant une théorie cosmogonique.

Concernant l’organisation du travail au sein des manufactures, Émile Belot développe une théorie systémique de la production industrielle défendant une approche globale ayant pour but d’optimiser des flux. Pour cela, il développe une analogie assimilant matières premières, argent, et main d’œuvre à des fluides dynamiques dont il s’agit d’optimiser le débit, ce qu’il synthétise dans un « principe de continuité ». Contemporain de Taylor, Belot est très peu cité au moment de la publication de ses travaux, totalement à contre-courant par rapport à l’ensemble des ingénieurs-organisateurs français de l’époque, majoritairement tayloriens sous l’impulsion d’Henri Le Chatelier.

À partir de 1905, Émile Belot s’investit activement dans la conception et la diffusion d’une théorie cosmogonique originale, cherchant à expliquer l’ensemble des caractéristiques numériques et morphologiques du système solaire, des nébuleuses spirales puis du relief terrestre, à l’aide d’un mécanisme évolutif relevant de la mécanique des fluides. Il développera cette « cosmogonie dualiste et tourbillonnaire » pendant trente ans, étendant son champ d’explication génétique à des domaines toujours plus larges (passant de l’astronomie à la géologie), et tentant de se constituer en pionnier d’une discipline nouvelle, l’« astronomie cosmogonique ». Pour cela, il développe une méthode scientifique qu’il veut spécifique aux sciences s’intéressant à l’origine et l’évolution des objets inorganiques, ainsi qu’un large éventail de pratiques et de modes d’argumentation mobilisant compilation d’observations, recherche de lois empiriques, réalisation d’expériences mimétiques, etc. Très actif dans divers lieux de sciences, il s’insère dans des réseaux rassemblant amateurs et professionnels. Ainsi, il se fait connaître à l’Académie des sciences, communiquant plus d’une soixantaine de Notes concernant sa cosmogonie en trente ans, et tente à quatre reprises, et en vain, de s’y faire élire. Il est également très actif au sein de la Société Astronomique de France créée par Camille Flammarion, dont il est deux fois vice-président entre 1920 et 1924, à l’Association pour l’Avancement de Sciences, et à la Société philomathique. Mais malgré sa pugnacité, la réception de sa théorie est très frileuse et ne génère que peu de débats.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.