Xavier Thiriat (1835-1906) – Benjamin Cunin

Nous disposons aujourd’hui d’une vaste documentation sur Xavier Thiriat grâce notamment aux recherches des époux Husser qui ont abouti à la publication en 1993 d’un imposant ouvrage Écrits intimes de jeunesse contenant, outre la septième édition du Journal d’un solitaire, les « Lettres à Jules » (1856-1858) et de nombreuses annexes se rapportant à la vie et à l’œuvre de Xavier Thiriat.

Né en 1835 dans la ferme du Pré Tonnerre à Julienrupt (commune du Syndicat, Vosges), il est l’aîné d’une fratrie de six frères et de deux sœurs. Il ne fréquente l’école du village que jusqu’à l’âge de dix ans. En 1845 en effet il devint à la suite d’un acte de dévouement paralysé des membres inférieurs. Dès lors, il vécut sa jeunesse cloîtré dans la ferme familiale. Surmontant le désespoir et la mélancolie causés par son état, il se réfugie dans l’étude et l’écriture. Il lit toutes sortes de livres tirés tout d’abord de la bibliothèque du grand-père, puis ceux fournis par des amis, La Flore de Lorraine, les Annuaires des Vosges,… Découvrant la météorologie, il effectue des relevés depuis le banc de la ferme. Pareillement, il se passionne pour la botanique, l’entomologie et la géologie. Pour ne pas être à la charge des siens et acquérir de nouveaux livres, il se livre à des travaux de couture et de broderie.

À partir de 1851, Thiriat publie ses observations météorologiques journalières dans l’Écho des Vosges et les Annuaires des Vosges. Charles Charton fait son éloge pour avoir surmonté son handicap et s’être consacré à la science. Thiriat entretient dès lors une importante correspondance avec plusieurs savants des environs, tels les naturalistes Mougel à Vagney, Pierrat à Gerbamont et le docteur Puton à Remiremont.

Son voyage en charrette à Chèvreroche, le 23 août 1857, est l’occasion pour lui d’étudier la population et la nature. Après avoir acquis un âne en 1861, il peut se déplacer plus facilement et ainsi gagner une certaine indépendance. Il fit par exemple deux voyages à la Schlucht et au Hohneck.

Il devint connu des milieux scientifiques et littéraires. Sous l’impulsion de Louis Jouve, il publie en 1867 son Journal d’un solitaire. Inspiré par l’ouvrage Le département des Vosges de Lepage et Charton, il publie en 1869 La Vallée de Cleurie dans lequel il traite de la faune, de la flore, des traditions et des coutumes locales. Cette monographie est saluée par la Société d’émulation des Vosges qui lui accorde le prix Masson et la recommande pour les bibliothèques scolaires.

Thiriat est membre de plusieurs sociétés savantes : la Société d’émulation des Vosges, la Société météorologique de l’Observatoire impérial, l’Association scientifique de France, la Société jurassienne d’émulation, la Société d’histoire naturelle de Colmar, la Société nationale d’agriculture, la Société d’archéologie lorraine, l’Académie Stanislas de Nancy, la Société d’histoire naturelle du Loir-et-Cher.

En 1866, il publie deux études sur l’agriculture, puis l’irrigation des prairies dans les montagnes des Vosges. On lui doit aussi un Catalogue des végétaux employés dans la médecine et les usages domestiques et un Essai sur les tempêtes, les vents violents et orages dans l’arrondissement de Remiremont.

Le Journal d’un Solitaire a été couronné en 1884 par l’Académie française par le prix Montyon. Dès lors, en 1885, Louis Jouve remit en cause dans la presse la paternité de Thiriat sur cette œuvre et ce dernier dut se défendre contre son ancien ami. Cette même année, il fut accusé d’agressions sexuelles sur mineur et, malgré ses protestations d’innocence, fut condamné à la peine d’un an d’emprisonnement.

Après avoir purgé sa peine, il quitte les Vosges pour l’Algérie. Il découvre à Alger le Jardin d’essai avant de s’installer à Maillot en Grande Kabylie, où il se rend utile aux colons en fondant une union agricole dont il devient le secrétaire, et poursuit ses études sur la climatologie et l’entomologie dans cette région, et transmet ses travaux à la société d’Angers.

En 1892, il part à Calais pour épouser une de ses correspondantes. Il ouvre successivement deux librairies et cesse ses activités scientifiques. Il meurt en 1906 après avoir fait un tour de France qui l’a conduit à Lourdes, mais aussi dans les Vosges où il vit pour la dernière fois sa maison natale.

Illustration : (c) Bernard Cunin, Les Amis de la Vallée de Cleurie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.