Entretien : Volny Fages

Volny Fages est maître de conférences en épistémologie et histoire des sciences à l’École normale supérieure Paris-Saclay, et membre du projet ANR AmateurS.

Quels ont été votre parcours et vos thématiques de recherche ?

Dans ma thèse, je me suis efforcé d’identifier un ensemble d’acteurs qui se sont intéressés à un sujet relativement pointu : l’origine des astres, et plus particulièrement l’origine du système solaire, durant le second xixe siècle en France. Mon approche initiale a d’abord été d’identifier les auteurs de ces théories cosmogoniques, de circonscrire un corpus de cosmogonistes, sans considération préalable sur l’importance ou la qualité supposée de leurs travaux, de leurs pratiques savants. Loin d’une histoire jugée, il s’agissait de prendre au sérieux les productions de chacun, en restituant la diversité de leurs parcours intellectuels et sociaux. Assez vite, l’étude de mon corpus d’auteurs m’a amené à m’interroger sur les marges institutionnelles de la science, à observer la périphérie des lieux de production de savoirs considérés à l’époque comme les plus légitimes scientifiquement, et à décrire les moyens déployés par certains auteurs pour tenter de les intégrer ou pour acquérir certaines formes d’autorité ou de légitimation.

À ce questionnement sur les marges institutionnelles et cognitives s’en sont ensuite ajoutés d’autres, notamment sur les lieux de pratiques savantes débordant les cadres de la « science officielle » (comme on dit à la fin du xixe) : observatoires privés, séances de sociétés savantes, espaces privés, bureau directorial dans une manufacture d’État, etc.

À la suite de mon doctorat, j’ai continué à travailler sur ces auteurs de cosmogonies, en approfondissant l’enquête sur certains personnages, en multipliant les sources archivistiques, en retraçant des trajectoires de vie, en exposant diverses facettes de pratiques savantes extra-institutionnelles ou péri-institutionnelles.

Petit à petit, j’ai élargi mes centres d’intérêt à d’autres communautés, et je m’aperçois que je suis de plus en plus attiré par les pratiques savantes ayant laissé peu de traces archivistiques, en particulier celles des milieux populaires. Dans le sillage des travaux de Jacques Rancière, le problème est ici d’identifier des sources pour accéder à de telles pratiques. Aux côtés de Jérôme Lamy, j’ai notamment choisi l’entrée des militants, syndicaux ou politiques, en posant notamment la question de la place que prennent chez eux les réflexions et les pratiques savantes, et en particulier dans les moments révolutionnaires et postrévolutionnaires. Pour l’instant, nous nous concentrons sur la Commune, ses exilés et ses condamnés. Bien sûr, ce travail fait surgir de nombreux questionnements qui dépassent celui de l’amateurisme, mais il nous permet d’accéder à des acteurs estampillés amateurs, qui ne sont pas des professionnels de la profession, et qui font ce qu’ils font pour diverses raisons, par volonté de transformer la société, par amour de la science en elle-même, ou encore par désir d’être reconnus comme savants.

En fait, ce qui gouverne l’ensemble de mon parcours, ce qui me motive, c’est surtout de travailler à faire exister des acteurs savants, qui, sans cela, auraient été effacés de l’histoire. Plus on est aux marges, plus on est éloigné du monde de l’édition, plus faire exister ces acteurs demande un travail important pour l’historien.

Comment ce domaine d’étude en est-il venu à croiser la figure de l’amateur ?

Très tôt dans mon travail de thèse, j’ai été amené à m’interroger sur les catégories d’amateurs et de professionnels, sur leurs définitions possibles et sur leur utilité dans l’étude de mes cosmogonistes. Cette question de l’amateurisme savant est vraiment complexe, difficile à appréhender de façon univoque. Mais aujourd’hui je suis convaincu que si l’on part des archives, des pratiques des acteurs, il est possible de tenter de saisir quelque chose du social, de circonscrire un « amateur » qui serait davantage qu’un « non-professionnel ».

Cette notion d’amateur émerge dans mon questionnement par plusieurs entrées : par le contenu des connaissances, par le rapport à l’institution, par les espaces de pratiques, et plus récemment, par une autre entrée, celle de l’amateur qui aime faire, cette libido sciendi que nous avons travaillée avec Laurence Guignard.

On peut revenir rapidement sur quelques définitions possibles de l’amateur. La première définition qui vient à l’esprit, empruntée à la sociologie des professions, c’est celle d’un antagoniste du professionnel de métier, de quelqu’un qui ne vit pas de sa pratique savante. Mais assez vite cette acception est confrontée à la diversité des professions permettant de vivre par et pour les sciences. Pensons par exemple au métier de vulgarisateur. Une figure typique d’amateur comme Camille Flammarion a gagné sa vie grâce à une activité de production de connaissances qui dépasse largement la retranscription d’amont en aval de données et de travaux savants produits par d’autres.

Dans une perspective plus englobante, se pose donc non plus la question du métier, mais celle du travail. Il s’agit, dans mon cas, d’un déplacement en partie provoqué par l’intégration de mon laboratoire actuel à l’ENS Paris-Saclay, l’IDHE.S, qui compte notamment plusieurs sociologues du travail. Cela m’a ouvert à d’autres acceptions de l’amateur comme celle d’Antoine Hennion par exemple, et donc à un travail de l’amateur associé à des formes d’expertise, et non plus seulement défini en creux par opposition au professionnel. Être amateur, c’est ici être quelqu’un qui aime faire quelque chose d’une certaine manière, avec un savoir et un savoir-faire potentiellement considérables. On peut alors esquisser une image de l’amateur comme une sorte de collectionneur absolument énamouré par son objet (on retrouve ici la libido sciendi).

En creusant dans les archives, au xixe, il apparaît, me semble-t-il, que cette définition n’épuise pas toutes les dimensions des pratiques savantes amateurs. D’autres définitions, d’autres angles d’analyse paraissent nécessaires. On peut par exemple insister sur l’importance des institutions et, plus largement, des rapports qu’entretiennent les acteurs aux institutions de science. C’était notamment l’approche que j’avais finalement adoptée dans ma thèse et dans mon livre Savantes Nébuleuses, où l’amateur est essentiellement celui qui se retrouve en dehors des espaces d’autorité socio-épistémique. Cette manière permet d’envisager la relativité de la position d’amateur, soulignant la diversité des lieux considérés comme « centraux » (par qui ?) et distribuant l’autorité savante (à qui ?). On peut ainsi être un amateur à l’Académie des sciences de Paris et cela a un certain sens, mais aussi être considéré (ou se considérer soi-même) comme un amateur par rapport à d’autres lieux, comme une société locale de province, ou même par rapport à un petit groupe social très peu institutionnalisé, mais régi par des formes de conventions spécifiques entre ses membres (certaines communautés anarchistes par exemple). Cette définition de l’amateur devient ainsi en partie contingente, interactionnelle, le résultat de contextes d’interaction particuliers, le lieu conditionnant un statut à la fois social et épistémique.

Enfin, un autre auteur qui me semble important pour saisir un dernier aspect de l’amateurisme savant est Thomas Gieryn et son (très classique) boundary-work. Celui-ci décrit la démarcation entre science et non-science comme un travail de frontière, une limite toujours contestée, négociée, dépendant du temps et contingente socialement. Il me semble que l’on peut appliquer cette métaphore cartographique aux délimitations entre professionnels et amateurs à une époque donnée. Cette idée permet d’insister sur le rôle normatif endossé par les institutions de science, celui de machines à maintenir l’amateur à l’écart, par une violence symbolique, mais aussi parfois très concrète, faite d’humiliations et des rapports de domination très marqués. Le travail de frontière que Gieryn décrit permet ainsi de restituer ces rapports de force entre amateurs et non-amateurs.

Quels seront vos chantiers de recherche dans le cadre de l’ANR AmateurS ?

J’aimerais profiter de l’opportunité qui m’est offerte par l’ANR de voyager, pour explorer certaines d’archives, et approfondir notamment ma recherche sur les communard.e.s et plus largement sur les milieux anarchistes et socialistes, dans les dernières décennies du xixe et les premières décennies du xxe siècle. Il s’agit de parcourir les traces du passage des exilé.e.s de la Commune en ayant toujours à l’esprit d’interroger leur production de savoirs, les rapports qu’ils entretiennent avec la Science (comme institution) et les sciences comme manière d’appréhender (politiquement et/ou culturellement) le monde, et leurs manières d’apprendre et de partager les connaissances. Il s’agira notamment d’aller consulter les archives de l’Institut international d’histoire sociale à Amsterdam, et peut-être différents centres d’archives en Suisse où certain.e.s se sont exilé.e.s. Parmi tant d’autres, Louise Michel a été par exemple à l’origine de toutes sortes de travaux savants, en particulier botaniques lorsqu’elle était déportée en Nouvelle-Calédonie, dont les rares traces identifiées pour l’instant se trouvent surtout dans ses propres textes autobiographiques. L’une de mes obsessions actuelles est de retrouver d’autres traces de ces pratiques, aujourd’hui extrêmement évanescentes en réalité, de cette Louise Michel mue par une libido sciendi débordante.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.