Images d’amateurs dans les expositions parisiennes du XIXe siècle – Hadrien Viraben

La base Salons, mise en ligne par le musée d’Orsay, livre aux chercheurs le contenu textuel de livrets d’expositions qui se sont tenues entre 1673 et 1914. Parmi celles-ci, figurent en particulier les Salons artistiques parisiens et régionaux et de nombreuses manifestations organisées par des groupes indépendants. Le module de recherche permet par exemple d’extraire de l’ensemble de ces données les œuvres dont le titre inclut le mot « amateur ». Cette piste offre ainsi le moyen de reconstituer une galerie de portraits, réels ou plus souvent fictifs, et de suivre à travers l’image les transformations sémantiques du terme « amateur », dont la polysémie visuelle se révèle relativement homologue à celle des usages écrits du mot.

Deux types d’amateurs se distinguent rapidement.

Les premiers et les plus nombreux sont les amateurs qui se présentent positivement comme les clients rêvés des peintres. Largement idéalisés, ces personnages sont issus ou inspirés du passé, généralement d’un xviiie siècle imaginaire. Ils participent de la nostalgie d’une relation interpersonnelle entre artiste et mécène, qui s’oppose à la domination moderne d’un marché libre de l’offre et de la demande, ressentie par les auteurs de ces tableaux.

Parmi les exemples typiques de cette veine idéalisée et historiciste, on peut signaler Les amateurs de tableaux de Victor Chavet (1822-1906), tableau exposé au Salon de 1855, ou Les amateurs de peinture,présenté au Salon de 1861 par Ernest Meissonnier (1815-1891), qui produira plusieurs œuvres autour de la même thématique. Citons encore les œuvres d’Eugène Benjamin Fichel (1826-1895), Désiré-François Laugée (1823-1896), Maurice Blum (1832-1909), Georges Cain (1856-1919), Ferdinand Roybet (1840-1920).

À rebours de cette nostalgie d’une clientèle aristocratique, aussi désintéressée que fortunée, la seconde tendance est celle des « amateurs » au sens moderne et péjoratif. Il s’agit ici d’images : humoristiques, voire caricaturales ; qui dépeignent le monde contemporain, plutôt que le passé ; et qui peuvent présenter autant des collectionneurs que des praticiens non professionnels, des sciences, des arts, de la cuisine, etc.

La répartition entre ces deux catégories peut sembler en partie arbitraire, tant il est vrai qu’une porosité existe. C’est ce que montre le Naturaliste amateur de Louis Auguste Loustaunau (1846-1898) (Salon de 1875), où se combinent le ton humoristique et le costume du xviiie siècle. Les portraits d’amateurs de fleurs de Walter Gay (1856-1937) se situent eux aussi à cette frontière entre l’histoire et le comique, tandis que l’Amateur de plantes rares de Félix Augustin Milius (1843-1894) au Salon de 1876 se présente en connaisseur obnubilé et recroquevillé sur son objet d’étude et de collection.

Mais, bien sûr, l’amateur dont se moquent le plus aisément les artistes est celui qui tente de pratiquer leur propre métier. Tel est le cas du personnage exposé à Paris par le peintre russe Vasilij Perov (1833-1882), qui montre de façon exceptionnelle le double sens, collectionneur et praticien, du mot amateur sous les traits d’un couple bourgeois, où la femme emprunte sarcastiquement la pose traditionnelle du connaisseur. Le Peintre amateur de Jules Denneulin (1835-1904) au Salon de 1894 prend également place parmi les praticiens vilipendés, par opposition à la nostalgie des « grands amateurs ».

Enfin, c’est de cette catégorie que relèvent les nombreuses images d’amateurs peintes à la même époque par le peintre allemand Carl Spitzweg (1808-1885), qui se spécialise en partie dans la représentation des lubies scientifiques et artistiques de la bourgeoisie Biedermeier.

Face à ces images de praticiens, un élément se présente comme tout à fait signifiant : le rôle qu’y joue l’équipement, pour préciser la nature de l’activité figurée, aux côtés de l’espace, qui situe cette même activité en laboratoire ou sur le terrain.

L’idée du portrait d’amateur comme panoplie d’instruments apparaît par exemple très tôt, et notamment dans un tableau du peintre lyonnais Anthelme Trimolet (1798-1866), exposé en 1819 sous le titre Intérieur d’un laboratoire de mécanicien dans lequel sont MM. Eymard et Brun, amateurs. La panoplie fait ici double sens, puisqu’elle suggère d’une part l’activité pratique d’Ennemond Eymard et son élève Brun, les expériences de physiques et de chimie auxquels ils se livrent, mais aussi, d’autre part, la véritable collection d’instruments réunie par Eymard et offerte en 1833 à l’école La Martinière de Lyon.

Les instruments caractérisent également les naturalistes amateurs dépeints par Loustaunau. Leur activité de terrain est identifiée par la description précise d’un équipement composé d’une canne, d’une boîte de botanique et d’un filet à papillons. On pourrait même y ajouter la pipe que tient le personnage à droite, et que John Taylor mentionnera un an plus tard dans son manuel de sciences naturelles comme un outil indispensable, culturellement identificatoire, du chercheur de minéraux.

Dès lors, certains portraits d’amateurs se présentent bien comme des synthèses visuelles créées à partir des chapitres liminaires obligatoires aux nombreux ouvrages qui encadrent les pratiques d’amateurs au xixe siècle, et ce qu’elles relèvent des sciences ou des beaux-arts.

Illustrations :

Les amateurs de tableaux, Victor Joseph Chavet, Salon 1855, huile sur toile, dimensions non renseignées, localisation actuelle inconnue, photographie d’Eugène Adolphe Disdéri (1855 ; Paris, musée d’Orsay).

Les amateurs de peinture, Jean-Louis-Ernest Meissonier, 1860, huile sur toile, 35,5 x 28,5 cm, Paris, musée d’Orsay.

Le naturaliste amateur, Louis Auguste Loustaunau, Salon 1875, huile sur toile, dimensions non renseignées, localisation inconnue.

Amateur de plantes rares, Félix Augustin Milius, Salon 1876, huile sur toile, dimensions non renseignées, localisation inconnue.

Amateur, Vasilij Grigor’evic Perov, 1862, huile sur toile, 34 x 28,5 cm, Moscou, Galerie Tretiakov.

Un peintre amateur, Jules Denneulin, Salon de 1894, huile sur toile, 88,90 x 129,54 cm, collection particulière.

Le chasseur de papillon, Carl Spitzweg, vers 1840, huile sur bois, 31 x 25 cm, Wiesbaden, Museum Wiesbaden.

L’amateur de cactus, Carl Spitzweg (1808-1885), vers 1858, huile sur toile, 54,2 x 32,4 cm, collection particulière.

Le géologue, Carl Spitzweg, vers 1854, huile sur toile, 45,1 x 35,3 cm, collection particulière.

À l’intérieur d’un laboratoire de mécanique, Anthelme Trimolet, 1819, huile sur toile, 53,7 x 44 cm, Lyon, musée des Beaux-Arts.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
viraben (11 décembre 2019). Images d’amateurs dans les expositions parisiennes du XIXe siècle – Hadrien Viraben. Amateurs en sciences (France, 1850-1950) : une histoire par en bas. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b47m


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search