Entretien : Ida Bost

Ida Bost est enseignante en CDI à Sup’Biotech et membre du projet ANR AmateurS.

Quels ont été votre parcours et vos thématiques de recherche ?

Ethnologue de formation, j’ai soutenu en 2016 une thèse en ethnologie sur les herboristes en France de 1803 à aujourd’hui. Je continue actuellement de travailler sur ce sujet, en particulier sur l’herboristerie contemporaine, tout en enseignant parallèlement.

Si, de prime abord, je ne m’étais pas orientée vers l’anthropologie historique, ma recherche m’a amenée à consacrer une grande partie de mon doctorat au xixe siècle et à l’étude du passé de l’herboristerie, afin de mieux comprendre les enjeux présents de cette pratique. Mon approche se situe par ailleurs à la croisée de la sociologie des professions et de l’étude du droit.

Comment ce domaine d’étude en est-il venu à croiser la figure de l’amateur ?

La question du passage de l’amateur au professionnel est récurrente tout au long de l’histoire des herboristes, qui de ce point de vue apparaît presque comme un thème laboratoire pour l’explorer. Assez naturellement, je me suis aperçu que mon sujet de recherche touchait du doigt le motif de l’amateur, dans la mesure où les herboristes se placent en permanence dans un jeu entre reconnaissance et non-reconnaissance.

En 1803, fut créée en France une forme de reconnaissance du métier d’herboriste, à travers un certificat délivré par l’État. La législation entourant ce certificat est pourtant restée peu claire, notamment quant aux limites des droits et des devoirs des herboristes. L’un des points attaquables était par exemple que l’examen pour l’obtention de ce certificat était basé essentiellement sur l’identification de plantes, fraîches et sèches, assortie de quelques questions de botanique, mais sans formation obligatoire. Cela ne veut pas dire que les herboristes certifiés n’étaient pas formés, mais que cette instruction n’était pas de type universitaire. En outre, tout l’aspect relatif aux propriétés de plantes et à leur usage n’était pas abordé au moment de leur certification.

Dès la fin du xixe siècle, ce certificat officiel fut donc remis en cause, et plusieurs propositions de loi ont été rédigées pour le supprimer. Face à cette menace, les herboristes ont été conduits à s’organiser, afin de mieux se revendiquer et se légitimer en tant que professionnels de la santé, tout en rejetant l’image de l’amateur.

Puis en 1941, à la faveur de la Seconde Guerre mondiale, le certificat fut supprimé, et dès lors il n’y a plus eu de droit strictement relatif à l’herboristerie. Ses praticiens se sont donc retrouvés face à deux monopoles puissants, pharmaceutique et médical, et dans un entrecroisement juridique très complexe. Désormais, la règlementation de cette activité dépendait en effet des produits vendus. Les herboristes se heurtèrent à la législation sur les cosmétiques, à celle sur les compléments alimentaires ou à celle sur les plantes dites « libérées ».

Cette lourdeur juridique et les craintes de procès ont ainsi conduit les herboristes à se retirer de la sphère professionnelle et à rebasculer vers l’amateurisme. Il s’agissait ici d’éviter de se rendre visible et attaquable, grâce à différentes stratégies de présentation et de pratique d’une activité sans la nommer.

Depuis, plusieurs propositions de loi ont tenté de restaurer le certificat d’herboriste. L’année dernière, une nouvelle mission sénatoriale, menée par le sénateur du Morbihan Joël Labbé, a été organisée. Celle-ci a fait le point sur l’état de l’herboristerie et prolonge actuellement ses travaux pour permettre l’épanouissement de cette activité en France, avec deux options possibles : la première consiste en une évolution législative, en créant une profession réglementée d’herboriste, avec un diplôme d’État ; la seconde est une évolution réglementaire, qui modifierait notamment les droits relatifs aux plantes vendues hors monopole et le discours pouvant accompagner la vente de ces plantes.

Ces débats relancent bien sûr l’interrogation sur la légitimité professionnelle de l’herboristerie, dont le métier existe de fait, et qui est en train de revendiquer à nouveau son statut en tant que profession.

En parallèle, cinq des principales écoles d’herboristerie se sont également rassemblées dans une fédération, qui envisage la création d’une certification professionnelle d’herboriste.

Toute l’histoire de l’herboristerie, jusqu’à nos jours, se joue ainsi à travers ces basculements incessants de l’amateur vers le professionnel, du professionnel vers l’amateur, d’un statut que l’on s’attribue ou qui est attribué.

Quels seront vos chantiers de recherche dans le cadre de l’ANR AmateurS ?

La première partie de ma thèse, qui s’achève en 1941, a paru cet été. J’espère publier prochainement la seconde moitié de mon travail auquel je voudrais d’abord ajouter l’actualité de la mission sénatoriale, qui marque une phase de transition importante de l’herboristerie. Je contribue aujourd’hui au sein de la Fédération française des écoles d’herboristerie (FFEH) à développer la compréhension de l’herboristerie contemporaine, sur laquelle j’effectue un bilan complet, qui se conjugue bien évidemment avec mes recherches plus historiques. Dans le cadre de l’ANR AmateurS, je souhaite notamment entreprendre deux nouveaux projets sur l’histoire de l’herboristerie dans la première moitié du xxe siècle.

Durant mon doctorat, la masse des données à prendre en compte m’a conduit à centrer mes analyses sur Paris, en exploitant toutes les archives disponibles. Beaucoup d’autres fonds existent cependant et en particulier pour le nord de la France et Lille, où se trouvait le deuxième principal syndicat d’herboristes, associé à une école fondée en 1934. Une telle étude montrerait ainsi ce qu’il en était au-delà de la capitale.

D’autre part, j’ai aussi eu accès aux archives privées d’une herboriste, qui me permettraient d’avoir une vision plus qualitative d’un parcours qui s’est précisément construit entre le temps du certificat et celui de sa suppression. Cette personne, certifiée autour des années 1930, a pratiqué son activité d’herboriste aux côtés de son conjoint, avant de militer pour le retour du certificat et de transmettre son métier à ses deux petites-filles, qui ont elles-mêmes tenté ensuite de maintenir l’herboristerie après la disparition de leur grand-mère.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.