L’herbier Cauvin et « l’effet Matilda » – Marion Tremblain

C’est au travers de mes recherches, qui interrogeaient le rapport des femmes à la botanique, que j’ai découvert l’herbier Cauvin et la manière dont certains travaux scientifiques ont pu être injustement omis au profit d’un homme, en l’occurrence pour notre exemple, son mari Thomas : c’est ce qu’on appelle « l’effet Matilda ».

Ce concept théorisé par Margaret W. Rossiter dans les années 1990 désigne le fait qu’un certain nombre de femmes au cours de l’histoire ont vu (parfois encore actuellement) minimiser leurs contributions à des recherches scientifiques au profit d’un tiers masculin.

Ce phénomène peut être observé au cours d’études sur les amateurs, et plus particulièrement dans le domaine des sciences naturelles. Des figures masculines dont l’historiographie se souviendra, mais dont on aura peut-être oblitéré tout un processus, parfois assez long, de récolte et de traitement de données, tâches souvent confiées à des femmes.

Dans le cas de notre herbier Cauvin, c’est effectivement ce qu’il s’est produit. En effet, l’intégralité, ou au moins la grande majorité, du travail ayant été attribué à Thomas Cauvin (1762-1846) se trouve être in fine la somme de plusieurs collectes d’autres personnes, et en particulier de son épouse Louise Cauvin (1776-1847).

Le couple Cauvin a principalement résidé au Mans, après s’être installé pour quelques années hors du département, et particulièrement à Pontivy dans le Morbihan. Louise Cauvin est originaire de La Ferté-Bernard, à l’orée de la Sarthe et de l’Orne. Dès son plus jeune âge, elle côtoie le monde des sciences et notamment de la botanique au travers de sa famille, qui occupe différents postes de pharmaciens. C’est un monde qu’elle ne quitte pas non plus lorsqu’elle épouse Thomas Cauvin en 1804. Tour à tour enseignant d’histoire naturelle, membre et bibliothécaire de la Société d’agriculture, des sciences et des arts de la Sarthe, l’historiographie retient de ce personnage un fort attachement au territoire sarthois et aux sciences naturelles.Il a été l’auteur de plusieurs opuscules de géographie ancienne, à la même période que le fameux savant Julien Pesche (1780-1847). Il publie en outre plusieurs articles et autres travaux sur la botanique au sein de la Société d’agriculture, des sciences et des arts de la Sarthe.

Si Thomas Cauvin semble être celui qui s’est le plus investi dans les sciences, un nécessaire travail de documentation autour du couple a pourtant permis de mettre au jour plusieurs précieux indices révélant que Louise avait également un certain poids sur la scène mycologique locale et, au moins, régionale. Cette découverte s’appuie sur une série microfilmée de lettres reçues par Louise d’un collègue naturaliste et sur un très intéressant journal de ses activités botaniques durant plusieurs années.

En parallèle de ces recherches, un long travail d’inventaire a été réalisé au sein du musée Vert. Dans le cadre d’un catalogage destiné à rejoindre la plateforme e-recoltnat, qui permet de réunir tous les inventaires d’herbiers en ligne, l’équipe du musée a pu me fournir un fichier brut contenant à la fois le nom des personnes ayant effectués les récoltes, la date et la localité géographique associées, ces informations ayant été transcrites d’après les étiquettes de l’herbier. De mon côté, j’ai pu quantifier pour chaque collecteur le nombre de récoltes et leurs aires géographiques. Ainsi, l’herbier attribué à Thomas Cauvin est en réalité celui de Louise, auquel Thomas a effectivement participé, mais de façon bien minime.

Le même constat peut être fait sur un second herbier, cette fois-ci sous forme de dessins conservés à la médiathèque Louis Aragon au Mans. Cet herbier de cryptogames en douze volumes est également entièrement de la main de Louise.

Un autre aspect des plus intéressants au regard du corpus que j’ai constitué, se cristallise autour d’un exemplaire annoté de la Flore du savant et naturaliste Narcisse Desportes (1776-1856), dont les ajouts avaient été jugés de mauvaise qualité, voire erronés.

Au cours de l’année1885, un érudit local s’est fait véritable enquêteur pour déterminer l’auteur des annotations. Irénée Thériot (1859-1947) a rapidement fait le rapprochement avec les planches d’herbier signées de la main de Louise, pour révéler à ses confrères de la Société d’agriculture, des sciences et des arts de la Sarthe que ces annotations ne pouvaient être attribuées à Desportes lui-même, mais bien à une femme, Louise Cauvin.

À la lecture de ces annotations, il nous paraît évident qu’il s’agirait d’un outil de travail, et non d’une relecture améliorée en vue d’une publication ultérieure. Iréné Thériot a jugé la pertinence des annotations aussi sévèrement que s’il s’agissait d’une version améliorée de l’ouvrage.

Cette anecdote de recherche a pourtant résonné comme un écho en négatif de l’effet Matilda : si l’on reconnaît la maternité de quelques annotations, c’est pour justifier leur faible qualité, comme pour défendre l’ouvrage original. Ce travail m’a permis de mettre au jour plusieurs points très intéressants sur la pratique de la botanique féminine. L’appropriation par des hommes des contenus scientifiques produits par des femmes pourrait de fait minorer l’implication des premiers et révéler des figures d’amatrices occultées par le temps. Mais c’est également toute la question de leur réception qu’il importe de traiter, tant elle peut se constituer comme un reflet de la lente acceptation des femmes dans la construction historiographique des sciences.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search