James Miln (1819-1881), archéologue, aquarelliste et photographe amateur à Carnac – Nathalie Richard, Hadrien Viraben

Lors d’une mission à Carnac en novembre, nos recherches dans les collections et les archives du Musée de préhistoire, menées avec l’aide de la conservatrice Emmanuelle Vigier, nous ont permis d’appréhender, à travers la figure de l’archéologue James Miln (1819-1881), un cas emblématique de pratiques amateurs, scientifiques et artistiques, combinées.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la mode des mégalithes et l’arrivée du chemin de fer transforment Carnac (Morbihan, Bretagne) en un lieu très attractif pour le tourisme international. Ses sites archéologiques, notamment les célèbres alignements mégalithiques, attirent un public de visiteurs chez qui la curiosité scientifique et le goût du pittoresque se conjuguent.

Cette réputation conduit notamment l’Écossais James Miln à se rendre à son tour à Carnac. Membre de la Scottish Society of Antiquaries, Miln est un archéologue amateur, mais il pratique également en dilettante l’aquarelle et la photographie. À partir de 1873, il réalise une série ininterrompue de fouilles au cours desquelles il fait usage de ses talents de dessinateur et de photographe. Afin de l’assister dans ses recherches, il rémunère comme contremaître, Louis Cappé, un habitant du village. Ce dernier signera quelques-unes des nombreuses illustrations qui enrichissent les publications scientifiques de Miln, parues à Paris et à Édimbourg entre 1877 et 1881.

À la mort de Miln, sa collection est léguée à la municipalité de Carnac et devient le noyau du Musée Miln dédié à la préhistoire. À côté des objets, plusieurs maquettes de sites sont également présentées, ayant été commandées par Miln de son vivant et exécutées d’après ses relevés de fouilles.

L’activité d’archéologue amateur de James Miln se trouve ainsi au centre d’une riche production visuelle : croquis dessinés dans ses journaux de fouilles, paysages transcrits en dessins, aquarelles ou photographies, illustrations gravées pour ses livres, maquettes issues de ses relevés de sites. Cette créativité peut être envisagée en suivant les déclinaisons transmédiatiques de certaines images, depuis leur forme manuscrite originelle jusqu’à leurs diverses formes publiées. Si ces images ont des fonctions proches mais distinctes (aide-mémoire, précision scientifique, restauration savante, reconstitution pédagogique, expression esthétique, souvenir touristique, etc.), elles reflètent aussi un chevauchement des perspectives scientifique et artistique, que nous pouvons considérer comme caractéristique de la pratique amateur.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
viraben (18 décembre 2019). James Miln (1819-1881), archéologue, aquarelliste et photographe amateur à Carnac – Nathalie Richard, Hadrien Viraben. Amateurs en sciences (France, 1850-1950) : une histoire par en bas. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b47n


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search