Charles Bulard (1825-1905), le « Raphaël des cieux » — Frédéric Soulu

Charles Bulard est né le 29 juin 1825, dans le 2e arrondissement de Paris, de Rose Desprée et Frédéric Victor Bulard son époux. Orphelin à 13 ans, Bulard débute sa vie professionnelle comme enseignant en Angleterre où il séjourne une dizaine d’années, entre 1845 et 1855. En amateur, il organise un observatoire astronomique et météorologique à Midhurst, dans le Sussex où il réside. Il observe les étoiles filantes. Pendant l’été 1849, et ses vacances en France, Bulard dépose quelques travaux à l’Académie des sciences destinés à retenir l’attention et obtenir le soutien de François Arago (1786-1853), secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, directeur de l’Observatoire de Paris. Ses reproductions d’observation, dessins et plâtres, assurent son recrutement à l’Observatoire de Paris. Il y entre comme calculateur en 1855 et devient un professionnel de l’astronomie. Il se marie cette même année avec Madeleine Roustan. Il quitte l’Observatoire après quelques mois, pour des raisons de santé. Urbain Le Verrier (1811-1877), nouveau directeur, demande une aide financière pour cet assistant de valeur dont il semble pleinement satisfait.

Après quelques années comme dessinateur de presse scientifique et publiciste, il est coopté pour prendre en charge les observations astronomiques dans le nouvel observatoire que le pouvoir impérial fonde à Alger. Il redevient professionnel. Il travaille avec le télescope de 50 cm à miroir de verre parabolique argenté imaginé par Léon Foucault (1819-1868). Il réalise des études de la surface lunaire, de la planète Mars ou des jets cométaires dont subsistent quelques dessins. Cependant, Bulard consacre l’essentiel de son temps et de son énergie à l’organisation d’un réseau météorologique en Algérie. Il en parcourt le territoire occupé, en cours d’extension, vérifie les postes d’observation, livre parfois quelques mesures géodésiques pour les services cartographiques de l’Armée.

En effet, sitôt nommé à Alger, Bulard convainc le gouvernement général de l’Algérie, sorte de proconsulat dirigé par les militaires, de retirer l’observatoire d’Alger des prérogatives du ministère de l’Instruction publique pour en faire une affaire « spécifiquement algérienne ». Il échappe ainsi à la supervision de Le Verrier. Assujetti au gouverneur général, devenu directeur de l’observatoire, il est soucieux de justifier son œuvre par les besoins du développement du projet colonial : prévisionnisme météorologique, heure standardisée, appui aux arpenteurs. Cette contrainte du résultat tangible pour la colonie condamne ses pratiques météorologiques hasardeuses, auxquelles il consacre pourtant l’essentiel de son temps, mais qui lui valent une réputation locale peu flatteuse…

Lorsqu’en 1874, Le Verrier obtient le retour de cet observatoire dans le giron de l’Instruction publique, c’est le début de la fin pour Bulard qui perd aussi cette année-là son épouse. Malgré le décès de Le Verrier en 1877, Bulard est déclassé et doit faire face à une polémique relative à son titre de directeur. Il s’efface en 1880 et obtient sa mise prématurée à la retraite. Elle s’accompagne du redéploiement des activités astronomiques en Algérie autour de Charles Trépied (1845-1907).

Bulard décède à Alger le 24 septembre 1905 après avoir publié quelques dernières chroniques scientifiques dans les journaux locaux et exercé ses talents de dessinateur en archéologue amateur.

Charles Bulard est un de ces astronomes dont une « histoire par le bas » des amateurs peut se saisir avec fruits. Il illustre une des trajectoires des « perdants de l’histoire contre les vainqueurs qui font passer les petits comme sans raison, comme irrationnels et déraisonnables[1] ». Les traces de sa production atypique, à l’interface entre le monde professionnel et amateur, sont difficiles à trouver : tout ce qui n’était pas du régime officiel n’ayant pas ou peu été conservé dans les archives d’État, et ses premières productions amateurs étant mal connues car aucune archive personnelle ne semble avoir survécu à son décès à Alger.


[1] Pestre Dominique, 2007, « L’analyse de controverses dans l’étude des sciences depuis trente ans. Entre outil méthodologique, garantie de neutralité axiologique et politique. », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 2007/1 n° 25, p.39.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.